2 août, 2017

Que nous demande l'ECRE ?

Si vous ne connaissez pas l'ECRE (ou CRE), je vous renvoie à ce billet qui l'explique. En gros, c'est un contrôle renforcé des chômeurs.

L'ECRE part du principe que selon les articles L5411-1 et s. et L5411-6 et s. du Code du travail, les chômeurs doivent « accomplir des actes positifs et répétés pour retrouver un emploi, pour créer ou reprendre une entreprise ». Bref, on ne connaît pas la nature de ces actes, mais ils doivent être répétés (combien de fois ?) et positifs. Par contre, ce que l'ECRE suppose, c'est que chaque candidat est coupable d'infraction à ces lois. Aussi, son métier est d'opérer une traque sur la base du soupçon.

Comment cela marche-t-il ? Il leur suffit d'inverser la charge de la preuve : ce n'est plus à eux de prouver que vous ne cherchez pas de boulot, mais bien à vous de démontrer que vous en cherchez, preuves à l'appui. Par exemple, si vous ne leur envoyez pas recta un détail de toutes les candidatures (avec dates et contacts) sur les 12 derniers mois, vous risquez la radiation. DOUZE MOIS ? Même ma banque considère qu'il est trop tard pour réclamer un indu après 2 mois... et là, l'ECRE vient vous asticoter sur les 12 derniers mois ?

J'ai récemment eu à subir ce genre de contrôle. Les courriers sont rédigés de façon à faire peur. Clairement. Si vous recevez ce courrier, c'est qu'on suppose que vous truandez. Un peu comme quand un contrôleur fiscal vient vous voir. Sauf que pour ce qui est de chercher un boulot, on vous évalue sans aucun critère. Il n'existe pas une seule ligne quelque part qui précise à quoi correspondent des « actes positifs et répétés » de recherche d'emploi. Il n'existe pas de comptabilité des candidatures ratées.

D'ailleurs, Pôle emploi n'a jamais prétendu nulle part que vous deviez garder des traces de vos « actes positifs et répétés » sur 12 mois. Vous le découvrez quand l'ECRE vous tombe dessus.

Cela amène donc naturellement chaque chômeur dont l'inscription à Pôle Emploi est une nécessité à s'inquiéter. Car effectivement, l'emploi du temps d'un chômeur ne ressemblera jamais à celui proposé par Pôle Emploi. Il faut être de mauvaise foi pour le nier. Et chaque chômeur pourra toujours se demander s'il cherche assez. Le simple fait que vous n'ayez pas de boulot, c'est une preuve de plus pour l'ECRE. Même un boulot à mi-temps, c'est pas assez.

Jetez une barque à la mer avec un chômeur dedans et un tamis. Dites-lui de trouver de l'or. S'il n'en trouve pas, c'est qu'il ne cherche pas assez. Et c'est vrai, car on ne perd pas sa vie à chercher dans ces conditions. Alors vous mettez les chômeurs dans une situation impossible. Vous créez de l'angoisse. C'est nécessaire pour qu'un chômeur accepte de bosser pour 2€ de l'heure : demandez au Medef !

Et dire que le bénévolat est toujours interdit aux chômeurs...

21 juillet, 2017

Qui l'ECRE espère-t-elle radier ?

L'ECRE (E pour Équipe) ou le BCRE (pour Bureau), voire SCRE (pour Service), mais plus familièrement appelé CRE par les agents de Pôle emploi est une équipe réduite et cachée ayant pour but de surveiller les chômeurs en évaluant s'ils font des actions « positives et répétées » de recherche d'emploi. La sanction est une radiation, j'avais présenté le dispositif ici.

Difficile de savoir précisément qui elle vise. Elle s'intéresse à tous les chômeurs de catégorie A ou B (donc même ceux qui arrivent à dégoter un contrat à mi-temps). L'idée est sans doute de radier les décrocheurs en difficulté, ceux qui ont de réels problèmes personnels insolubles, ceux qui n'ont rien pour eux et ont abandonné, même pas le bac pour tenir une caisse de supermarché. On radie ceux qui se découragent de n'être jamais parmi les derniers CV sélectionnés, ceux qui restent noyés dans les 100 autres CV.

On s'interrogera au passage sur les qualités requises lors du recrutement des 200 fonctionnaires dédiés à cette tâche d'inspection.

D'une part, l'arrogance d'un gouvernement qui essaie de gratter quelques centaines de milliers d'euro avec cette Stasi du pauvre (je rappelle que le questionnaire fait 8 pages, doit être accompagné d'une pile de justificatifs improbables (comme le « tableau de bord » dont personne n'a jamais entendu parler), et renvoyé à une adresse anonyme (boîte postale), de peur sans doute que les chômeurs ne s'en prennent aux agents à la légitimité douteuse. Même le numéro de téléphone nous amène sur une boîte vocale nationale où on est priés de décliner son identité pour avoir un interlocuteur. Ont-ils quelque chose à se reprocher ?

Le gouvernement est prêt à dépenser 200 salaires pour gratter quelques ridicules assedics d'économie ? Proportionnellement, il devrait alors recruter 20 000 inspecteurs fiscaux pour gratter les 80 milliards annuels de fraude fiscale. On les attend toujours... vas-y Macron, on te regarde.

Toujours les pauvres d'un côté et les riches de l'autre.
Deux poids deux mesures...

16 juillet, 2017

Areva remercie bien Hulot !

Personne n'est passé à côté des annonces de notre ministre de l'écologie (appelé pompeusement transition quelque chose). Nicolas Hulot fait des propositions qui « pourraient » aller dans le sens d'une vie proche de la nature, mais...

Il propose d'interdire purement et simplement la vente de voitures thermiques (essence, diesel, GPL) à l'horizon 2040. L'idée étant de freiner des 4 fers pour ralentir le réchauffement climatique. Évidemment, on applaudit tous. Et si un écolo tel que moi venait à y redire, il serait taxé de ne jamais rien vouloir pour arranger le monde. Sauf que... le transport, c'est bien, mais ce n'est que 14% de l'effet de serre (chiffre 2010). Le numéro 1, c'est la viande (aucune proposition) et l'industrie (que dalle).

Alors oui, 14%, c'est toujours ça de pris, même si on sait que ce chiffre comprend les camions et les avions, pas concernés par ses réformes et hautement contributeurs. Non, pour moi, le hic, c'est qu'on ne règle encore rien.

Par prudence, je devrais attendre d'en savoir plus sur cette idée, mais je viens justement de faire régler ma boule de cristal, et on y voit très clairement : Passer tout le parc automobile en électrique obligera à tripler le nombre de centrales. Tripler la production d'énergie nucléaire. Tripler les déchets radioactifs. Juste au moment où les centrales vieillissantes devraient être remisées.

Évidemment, la volonté de réduire nos émissions de CO2 va dans le bon sens. Mais je continue de penser qu'on pouvait commencer par sortir les gens de leur voiture. Interdire les voitures en ville par exemple, réduire le permis B à des voitures de 1500kg en charge, Interdire la production de voitures lourdes qui ne contiennent que 5 passagers (les 4x4 quoi)... Parce que la priorité, c'est aussi d'apprendre à gaspiller moins d'énergie, quelle qu'elle soit.

Et ça, le Hulot, il n'en parle pas du tout. C'est Areva qui doit être contente...

10 juillet, 2017

La Passion du sport selon Hidalgo

On connaissait la passion de Michel Hidalgo pour le football, voilà la passion de Anne Hidalgo pour les jeux olympiques. Bertrand Delanoë avait raté le coup pour les héberger à Paris en 2012. Là, le nouveau Maire remet le couvert pour 2024. Elle y croit.

Je ne critique pas l'intérêt que l'on peut avoir pour ces événements sportifs. Tout est une question de prix. Prix qui explique que les candidatures se font rares pour héberger les festivités.

Des JO, c'est effectivement une formidable opportunité pour des milliers de personnes d'avoir un emploi, tant par les besoins de l'organisation des compétitions que par la réalisation des sites : terrains de sports immenses avec gradins géants, infrastructures pour faciliter les transports de millions de personnes et leur hébergement. Ça fait du boulot tout ça.

Mais après ? Plus rien. Les emplois n'étaient que temporaires, on n'a plus besoin de vigiles, d'arbitres, de guichetiers, d'hébergements immenses, et même les constructions peinent parfois à resservir. Qui a besoin d'un pôle sportif aussi grand toute l'année ?

J'observe simplement un gâchis. Les 6 lingots d'or et les 2 tonnes d'argent nécessaires aux médailles sont une paille parmi les 10 milliards d'euros (environ) nécessaires aux dernières compétitions (48 milliards en Russie). C'était le cas en Grèce où les JO ont précédé la crise de 2007. Ça en valait bien la peine. Tout le site est aujourd'hui une zone désaffectée.

Le pouvoir de relance économique des ces jeux est de plus en plus remis en cause, tant on peine à les observer. En fait, à part en 1984 aux États-Unis (investissements de seulement 1,2 milliards), ce n'est peut-être jamais arrivé. Sait-on seulement à quoi ressemblera l'économie française en 2024 ? On dit que les conditions provoquant la crise de 2008 sont à nouveau réunies. Ça promet.

Faut-il raser une montagne à chaque fois qu'on veut organiser les jeux olympiques ? Ne pourrait-on pas admettre que ces compétitions n'ont pas besoin de réinventer la roue à chaque fois ? Construire un stade avec piscines, terrains et pistes de tous les sports à chaque fois qu'on fait les jeux... c'est vraiment comme de construire une voiture à chaque fois qu'on se déplace...

Comme si Paris n'était pas assez engorgée, comme si c'était facile de continuer à creuser des trous dans une ville où il n'est plus possible d'ajouter des métros déjà saturés. À moins que le pari d'Anne Hidalgo soit de profiter de l'aubaine pour rendre Paris piétonne ? Je crains qu'elle ne tienne pas jusqu'en 2024...

Heureusement qu'on est nul au concours eurovision de la chanson, ça nous épargne de l'organiser pour quelques dizaines de millions d'euros de dépenses (mille fois moins en gros).

6 juillet, 2017

Premier vaccin contre Macron

Vous avez comme moi entendu parler des polémiques sur les vaccins. On reproche à certains de contenir de l'aluminium suspecté de provoquer des maladies. Mais le problème était aussi que le trio de vaccin obligatoire DTP n'était plus accessible dans le commerce sous cette forme. On ne le trouvait plus que sous sa forme associée à 3 autres vaccins non obligatoires, les vaccins dits hexavalents.

Aujourd'hui, notre cher Macron commence sa rentrée en voulant rendre 11 vaccins obligatoires. Ces vaccins doivent être faits dès la petite enfance, et ils contiendront assurément de l'aluminium, reconnu neurotoxique.

Pourquoi c'est un problème ? On ne connaît pas les effets à long terme de ce genre de vaccination forcée. On a déjà du mal à évaluer les effets cocktail de plusieurs substances chimiques, alors 11 vaccins d'un coup chez un nouveau-né...

N'oublions pas que le principe d'un vaccin est de faire croire au corps qu'il est attaqué par un virus ou une bactérie. Donc on retire l'agent nuisible du virus ou bactérie et on l'injecte, de telle façon que le système immunitaire soit à terme capable de « reconnaître » l'agression qu'il aura alors déjà rencontrée. Nul doute que les vaccins sont un progrès de taille. Mais que donnera le système immunitaire naissant des nourrissons sur 11 agresseurs simultanés ? Nous n'avons aucun recul.

Mais les labos vont bien gagner leur vie sur ce coup-là. Et s'il y a un problème, on nous dira qu'ils ont respecté la loi. Ne peut-on procéder à des étapes intermédiaires nous permettant progressivement apprivoiser cette hydre à 11 têtes ?

C'est pourquoi je vous suggère fortement de signer cette pétition, pour marquer vos doutes.

Si le gouvernement veut le passer pendant l'été, ce n'est pas pour rien...

- page 1 de 19