Santé

Tout ce qui touche les mutuelles, l'assurance santé, et la question de savoir où on se situe entre la vie et la mort.

Fil des billets - Fil des commentaires

12. avril 2020

COVID-19 : Oups ou Encore !

On pourrait en rire si cela ne tuait pas des milliers de Français. Mais commencera-t-on enfin à admettre que même Jupiter est un incapable ? Même en grave crise qui montre tous les signes de l'échec du libéralisme, on voit déjà apparaître le Malin se faufiler entre les ruines pour nous remettre sa politique mortifère.

Ça a commencé en 2016 alors qu'il a été prévenu de notre incapacité à faire face à une pandémie. Il a ensuite ignoré la menace du virus, alors qu'il était très bien informé sur le sujet par Agnès Buzyn. Il a juste considéré que la pauvrette n'avait pas les épaules, et il n'a rien fait. On était le 11 janvier. Il a maintenu les élections qui avaient lieu un mois plus tard, et il nous a même incité à continuer à sortir jusqu'au 7 mars !

À cette date, il faut se rappeler que nos stocks stratégiques de masques étaient inexistants, jetés et non remplacés par Hollande. Mais depuis le 30 janvier, Macron n'a pas été capable d'en racheter. Rien ! Il en a même envoyé en Chine en février. Il a même réussi à se faire piquer par « nos amis américains » ceux qu'il avait commandés, au moment où l'avion allait décoller vers la France. Alors pour qu'on n'y voit rien, il nous a dit que les masques ne servaient à rien et que le virus était gentil. Un tel mensonge d'État, fallait oser.

Pour consolider tout ça, pas de réquisition pour produire, rien. Sinon des masques suédois à destination de l'Italie et l'Espagne, en transit en France (pour bien se mettre avec « nos amis européens »). Même les cliniques n'ont pas été réquisitionnées alors qu'elles le réclamaient !

Et pendant que le mal se répand, il en profite pour ruiner nos droits  « parce qu'on est en guerre ». Droit du travail avec des récessions incroyables (semaine de 60 heures, repos journalier de 9h, confiscation des RTT et congés, primes exceptionnelles exemptes de cotisations...) jusqu'à la fin de l'année (au moins, le temps qu'on s'habitue). Tout ça sans jamais remettre en question (même temporairement) l'ISF ou n'importe quel avantage fiscal pour les riches. Même là, ce sont les pauvres qui trinquent. L'état d'urgence lui permet de décider des trucs tout seul dans son coin.

Je garde le meilleur pour la fin. Je l'avais prédis, mais je ne pensais pas que cela viendrait aussi vite et aussi fort : la perte des libertés. On autorise la police à mettre un PV sur des motifs flous (vos achats sont-ils de première nécessité ?), et on prépare le terrain pour la surveillance de masse avec le tracking des téléphones cellulaires, l'ouverture de données santé est pour bientôt. L'argument est quand même de « sauver des vies ».

Alors qu'il était si simple d'acheter des masques et de commencer le confinement plus tôt. Commencer le confinement 3 jours plus tôt aurait pu éviter la moitié des morts de cette maladie, et ainsi de suite, par tranche de 3 jours. Repensez bien au prix que nous coûte le modèle économique de Macron : il ne sauvera pas l'hôpital, même après cette crise..

25. mars 2020

COVID-19 : à qui la faute ?

Jupiter nous reproche de ne pas être très attaché au respect de ses ordres.

On lui accordera que les consignes données la veille du confinement ont du sens : sauver des vies. On ne sais pas trop comment, mais c'est louable. On imagine qu'en restant confiné, on n’attrapera pas le virus, on le regardera passer par la fenêtre, et une fois passé, on pourra ressortir. Les journaux ne nous expliquent même pas que le problème n'est pas d'éviter la contagion (pas directement), mais de sauver les hôpitaux.

Rester confiné ne tue pas le virus, cela ralentit la contamination. L'intérêt n'est pas réellement de « ne pas être contaminé », mais surtout, d'être « contaminé plus tard », pour limiter l'engorgement des hôpitaux. Car le problème est là (on le voit en Italie) : quand on a 2 malades et un seul respirateur artificiel, on le donne à qui ? Lequel des 2 malades on laisse crever ?

Alors Dieu Macron nous demande d'être confiné, nous dit qu'on est « en guerre » et ne réquisitionne pas les industriels concernés. Et ça sauverait des vies.

L'homme le mieux informé de France est pourtant au courant depuis au moins fin janvier du malaise, mais il s'est reniflé sous les bras la semaine dernière et il s'est dit « Allez, demain, les gens restent chez eux ». Comme des bons moutons qu'ils sont, depuis qu'ils acceptent l'inacceptable. Pas besoin de leur expliquer pourquoi, ils n'ont pas le choix.

Le confinement aurait dû être mis en place plus tôt : fermer les frontières aux marchandises et aux personnes aurait sauvé des vies. Parce que là, on nous a annoncé 2 semaines, mais je vous garantis qu'on en a pour au moins 1 mois, certainement plus. Les chinois en sont à 7 semaines...

Alors moi, avec des consignes aussi vides de sens, je trouve qu'on est très dociles. On obéît aux consignes d'un président qui parque les gens chez eux pour avoir voulu épargner le PIB.

D'accord Macron, on se confine. On le fait par sens du devoir, parce que pris à la gorge, on veut sauver nos proches.

On va retrouver les joies de la vie sans magasins, sans travail, sans gadgets inutiles... mais une vie sans les proches aussi. Une vie où on ne voit plus ses amis, où ne peut même pas dire adieu aux défunts. Elle nous coûte très cher sa prise de conscience tardive, sa religion économique.

Alors quand même, il faudra rendre des comptes après tout ça.

27. octobre 2018

La fin du trou de la Sécu

Ça y est ! Le trou de la sécu vient enfin d'être résorbé !

Et pas qu'un peu... on nous faisait la leçon pour un petit trou d'un milliard, et voilà pas qu'on se retrouve avec un bénéfice de près d'1 milliard ! Bah, les milliards, ça va, ça vient.

Ça aura été compliqué de sauver la Sécu quand même. Il aura fallu fouetter les hôpitaux, imposer des frais médicaux pas remboursables par les mutuelles (1€ de participation forfaitaire) pour dissuader les malades d'être malades, baisser des tas de remboursements, mais ça y est, on y arrive.

Et maintenant ? On remet les remboursements comme avant ?

Bah non, ça serait dommage. Macron en fera profiter les cotisants (les entreprises, via les salaires). Comme ça, on dépensera moins en cotisations, on creusera un autre trou de la sécu et on pourra recommencer à dérembourser un cran plus loin.

Vous suivez la logique ?

Dire qu'il aurait été si simple de maintenir les cotisations sociales. Dire qu'une sécu qui rembourse à 100% coûterait moins cher en mutuelle et apporterait ce foutu pouvoir d'achat dont on parle tant...

Surtout qu'on ne le dit pas, mais les heures sup, celles-là même qui justement rendent les gens malades, et bien elles seront exonérées de cotisations ! Pas bête hein ? Pour un coût de 2 milliards. On remet 10 balles dans la machine ?

Le plus drôle, c'est que la Cour des Comptes prévoit même un bénéfice de 24 milliards en 2022, qui servira à renflouer les caisses de l'État, car les bénéfices seront plafonnés par la loi. Les cotisations sociales serviront donc ainsi à financer les entreprises qui ne cotisent pas (avec le CICE par exemple). Une merveille.

PS : Pour ceux qui n'auraient pas suivi, ils sont en train de faire pareil avec Pôle emploi...

11. novembre 2017

Une anomalie a été détectée dans votre dossier

Tout récemment, j'ai reçu un message vocal au sujet de mon « dossier santé » :

« Une anomalie a été détectée dans votre dossier santé.  Pour parler à un conseiller, faites le 1... »

J'avoue avoir hésité, ça semblait vraiment louche. Il est vrai que des serveurs vocaux nous appellent parfois quand on est au chômage, notamment, Pôle Emploi a des robots qui nous appellent le 12 du mois si on a oublié de déclarer nos ressources. Mais à part ça, la sécu n'appelle jamais. En fait, quand il y a un problème, ils envoient plutôt un courrier avec du marqueur fluo partout.

Le temps que je me décide, faire le 1 a simplement coupé l'appel. J'imaginais que c'était simplement une arnaque basée sur l'idée que j'allais rappeler le numéro (probablement surtaxé), pensant tomber sur la CPAM ou une mutuelle de santé... j'oublie.

Quelques jours plus tard, même appel. Là, je fais le 1. Pour voir, mais méfiant.

Je tombe sur une personne qui connaît mon nom et me demande (pour confirmer mon identité) de donner ma date de naissance, ce que je refuse de faire. Après tout, ce n'est pas moi qui les appelle. J'explique qu'il y a beaucoup d'arnaques au téléphone et que je ne donne pas ces informations au téléphone. On me répond que c'est bien naturel.

Ensuite, le type me dit que suite à une nouvelle loi qui vient de passer, je ne suis pas couvert en cas d'hospitalisation, et après quelques minutes, j'entends des tarifs... 30 euros, 40 euros... je ne sais plus trop pour quoi, le type va vite, comme si c'était évident.

Étant à la CMU, il est plutôt rare que je doive payer pour des soins de santé. En particulier dans le cas d'une hospitalisation... Donc je me suis d'autant plus méfié, même s'il est évident que je n'aurais pas dépensé 1 centime. Mais je voulais voir jusqu'où le type irait. Alors je lui ai dit frontalement que je pensais qu'il mentait (je ne prenais pas de risque). Je lui ai demandé ce qu'il avait comme information sur moi.

Il a décliné mes nom, prénom, adresse et numéro de téléphone, point.

– Vous êtes à votre maximum là ?

Il n'avait même pas ma date de naissance.

S'il l'avait eu, il aurait presque été plus crédible. J'ai donc vraiment bien fait de ne pas lui donner. J'aurais alors enrichi un fichier qui circule à mes dépens. Car il faut savoir que ce fichier circule depuis longtemps, puisque je suis en liste rouge depuis au moins 5 ans...

Donc rappel pour ceux qui reçoivent des appels pourris (donc tout le monde) : ne JAMAIS donner la moindre information au téléphone. Ni à la banque, ni au centre des impôts, ni à la CAF, RIEN. Uniquement de face à face, par courrier, ou à la rigueur si c'est vous qui appelez, mais sachez qu'alors, c'est eux qui seront tenus de mettre en doute votre identité.

J'imagine qu'ils sauvent le PIB de certains pays ?

PS : depuis, j'en suis à mon 3ème appel identique...

20. septembre 2017

On tue la CPAM

On ne prête qu'aux riches, c'est bien connu. Et on ne soignera bientôt que les gens en bonne santé, cela en découle.

Le principe de la Sécurité Sociale, c'est de répartir le coût de l'imprévu (la santé) de façon à rendre supportable les frais de santé imparables. On met tous de l'argent dans un pot commun, et lorsque la maladie arrive, on prend dans ce pot commun pour soigner les malades, sachant que tout le monde ne tombe pas malade de la même façon. Le principe est aussi que ces personnes soignées pourront à leur tour continuer à cotiser pour soigner d'autres personnes, à leur tour affaiblies.

La CPAM, branche santé de notre système de solidarité se détricote. Depuis 1945, les taux de remboursement de la CPAM ont baissé, laissant un champ libre aux mutuelles qui semblent vouloir la remplacer peu à peu.

Le principe d'une Mutuelle de santé n'est cependant pas le même puisqu'elle vise la rentabilité. Notamment, le taux de remboursement est différent selon le contrat que l'on choisit. On soigne donc mieux ceux qui prennent un contrat plus cher. Au point que la question de prendre ou non une Mutuelle se pose généralement en ces termes : compte tenu que les frais les plus élevés sont généralement remboursés par la CPAM, et que les frais les plus courants sont généralement « provisionnables », est-il rentable de prendre une mutuelle santé ? La réponse est arrivée en 2016 : elle est depuis obligatoire pour tous les salariés. Une bonne façon de soutenir l'activité !

Sans compter que les tarifs se font parfois à la tête du client : par exemple en fonction de votre sexe ou de votre âge. Quel est l'intérêt de mutualiser en fonction des risques ? Le jour où ma mutuelle me fera payer le juste prix de mes dépenses de santé, à quoi servira-t-elle ? Juste prix... ajouté de ses frais de fonctionnement !

Car justement, les Mutuelles ne peuvent simplement pas rembourser mieux que la CPAM. Pour une raison simple : aucune ne lui arrive à la cheville. Les frais de fonctionnement de la CPAM sont de l'ordre de 3 à 4% selon les sources (car elle n'a pas besoin de faire de publicité, notamment), tandis que les mutuelles ont des frais de l'ordre de 17% (voire 43% selon certaines sources). Y'aurait pas une fuite dans le tuyau ?

Faut-il vraiment sauver les mutuelles pour créer des emplois ? Ne serait-il pas plus sage de passer à un régime général à 100% pour tout le monde, en fermant simplement les mutuelles et en augmentant les cotisations ? Ce serait toujours moins cher...

12. janvier 2017

Le retour de la lèpre

François Fillon avait proposé de faire des ajustements sur la Sécu, il y a quelques temps, de façon qu'elle ne s'occupe pas des petits trucs bénins, mais seulement des grosses maladies qui en imposent. Les cancers, les culs de jatte, les lépreux et les gauchistes. Pour le reste, démerdez-vous avec le privé.

Mais compte tenu des charges qu'il se prend depuis, il a fait un mea culpa à la presse et retiré la proposition de son site. Non pas pour dire qu'il avait tort, mais qu'il avait été mal compris. Donc pas du tout un mea culpa. Il continue de penser qu'il a raison. Il est donc important d'expliquer à quel point il a tort.

Vu qu'il est plutôt libéral, on s'attendrait à ce que son projet soit plutôt « logique ». Comprenez ici que je n'en pense pas un mot. Donc on va faire une liste de maladies non remboursées, donc chères : les moins graves.

On aurait donc les troubles musculo-squelettiques (tendinites chroniques, tout ça), qui est la maladie typique du travail avant le suicide. Il y aurait aussi les grippes (parce qu'il faut vraiment être vieux pour en mourir), les petites infections, petites fièvres, grains de beauté douteux, boutons, rougeurs, plaques et machins qui grattent de toutes sortes, etc.

Le problème, quand même, c'est que la peste, le choléra, la syphilis, la variole, ça commence justement par ce genre de désagrément. Mais cela ne laisse pas toujours le temps de se demander si on a les moyens de payer ou pas. Et à supposer qu'on se paie le luxe d'attendre, leur hypothétique guérison est très chère. Déjà que la gale revient...

Notre François prévoit aussi une règle d'or imposant des comptes à l'équilibre pour l'assurance maladie, le prix d'une pandémie dépassera alors certainement un petit peu.

Car les médecins sont aussi là pour détecter les nouvelles maladies, épidémies parfois, qui peuvent simplement commencer par des petits trucs qui grattent, qui gênent ou des petites fièvres.

Même si j'étais libéral, je ferais tout pour éviter que la peste ne se répande à nouveau dans les rues. Vous imaginez l'inconfort des riches ? Ne plus pouvoir sortir de chez soi sans croiser des lépreux ? Déjà que les sans-dents font désordre...

En fait, cette proposition était tellement stupide qu'il s'est pris un vent de son propre bord. Mais quand même, il faut voir qu'il a osé penser à un truc pareil. Ça fait froid dans le dos. Rien ne dit qu'il ne le ressortira pas une fois élu : il n'attend que ça. Il prétend que c'est nous qui ne l'avons pas compris. Mais on a très bien compris qu'il est dangereusement stupide.

Imaginez un second tour de présidentielle entre celui-là et la blonde... faudra vraiment sortir pour aller voter ?

13. décembre 2016

Vive le Téléthon !

Grâce à l'aide de toute la population française, nous allons enfin sauver des milliers de personnes et faire avancer la recherche !

Mais... vous ne voyez pas comme un problème, juste là ? Et bien il se trouve que jusqu'à maintenant, j'imaginais que c'était surtout le rôle de l'État, ou à défaut, d'une entreprise de service public, de sauver les gens et faire avancer la recherche.

Loin de moi l'idée d'interdire à des entreprises de travailler sur ce domaine. Mais le privé n'est pas vraiment connu pour sauver les gens. Ou alors, vraiment seulement si ça rapporte. Ainsi, lorsqu'une maladie est décrétée « pas rentable », aucune entreprise ne fait de recherche. Autant vous dire qu'elle était motivée à sortir le Viagra.

Mais sans être franchement gauchiste, on peut tout à fait comprendre que là où les entreprises boudent, le service public se doit d'être présent, non ? Il est vrai qu'il préfère peut-être mettre de l'argent là où il y a vraiment du monde à soigner. Le SIDA, par exemple, lorgne avec jalousie les dons faits au Téléthon.

Parce que finalement, on nous fait un super show télé avec des célébrités, des chansons, tout ça, et finalement, quand on fait la collecte, on vous a vendu du rêve. C'est merveilleux. Mais revenons sur Terre. La Myopathie touche 5000 personnes en France (limitons à ce territoire pour comparer). La maladie d'Alzheimer touchera 1 200 000 personnes en 2020, en forte progression, malgré les décès. Maladie qu'on attrape de plus en plus jeune. J'aurais pu comparer avec le SIDA, la sclérose en plaques ou des tas d'autres maladies qui n'ont aucun traitement (dites orphelines).

Alors évidemment, lorsque vous avez une personne malade dans un fauteuil devant vous, forcément c'est concret, c'est difficile. On veut le sauver, c'est humain. Préférez-vous sauver un myopathe, 30 scléroses en plaques, ou 168 « vieux » atteints d'Alzheimer ? Je ne vous propose pas ce méchant dilemme par cruauté. Mais pour rappeler qu'au-delà des maladies qu'on vous présente à la télévision, avec force paillettes, il y a de nombreuses personnes qui dépérissent, faute de traitement.

Il faut savoir que ce sont essentiellement des particuliers (1 million) qui donnent (84% du bilan) surtout les revenus modestes (en proportion de leurs revenus), car les français sont très généreux. Très peu d'entreprises (10% établissements de soins compris pour moitié). La gestion + collecte coûte 15% des recettes. Personne n'a été guéri en 30 ans (pour un total de plus de 2 milliards d'euros donnés).

Ne vous méprenez pas : je VEUX que l'on fasse de la recherche pour soigner les myopathies. Il serait simplement cruel que ce Téléthon fasse de l'ombre aux autres maladies. J'aimerais aussi qu'il ne s'agisse pas que des donations de pauvres là où l'État devrait prendre sa part (avec un impôt correctement réparti là où l'argent se trouve). C'est à ça que sert l'impôt.

Sinon, pour aider les maladies rares, il y a d'autres moyens.

- page 2 de 3 -