Le nucléaire

Le nucléaire est l'origine de nombreux débats enflammés, sur la base d'opinions tranchées. Du côté des anti-nucléaires, on a les écolos, Mélenchon, Greenpeace, et du côté des pro-nucléaires, on a toute la droite (donc le PS), De Gaulle, et Jancovici.

LREM j'en parle pas, parce qu'ils mentent tellement qu'on ne peut même pas croire le contraire de ce qu'ils avancent.

Jancovici, c'est pour moi une boussole, et je vais me permettre de paraphraser ici sa pensée, car je trouve qu'il a raison sur ce sujet.

Le nucléaire a 3 principaux défauts. Il produit des déchets nucléaires dont on ne sait pas trop quoi faire, il menace de rayer de la carte des régions entières si un accident se produit, et il utilise une ressource minérale qui finira bien par tarir. La question se pose notamment au sujet de notre autonomie énergétique. Pour autant, ses avantages sont très nets : pratiquement zéro émission de CO2 (mieux que le renouvelable quel que soit le calcul). On peut ajouter à cela que de nombreux projets permettent de diversifier la source d'énergie en réduisant le danger en cas de panne (notamment les réacteurs à sels fondus).

Cela n'en fait pas vraiment une énergie « propre », mais l'avantage, c'est qu'on sait où se trouvent les déchets que l'on produit. Ce n'est le cas pour aucune source d'énergie fossile.

Le CO2 part dans l'atmosphère, et de là, il est impossible à récupérer. Il est la cause du dérèglement climatique que l'on connaît et que l'on observe déjà.

Si on doit choisir entre un déchet qui dure 10 000 ans, mais qu'on sait où il se trouve, et un déchet irrécupérable, qui sera dans l'atmosphère pour les 10 000 prochaines années, ruinant la vie sur Terre dès maintenant. Je sais ce que je préfère.

Le nucléaire est une urgence. Il a ses lourds défauts, mais il est la seule option que l'on a sous la main. On ne peut pas faire la fine bouche là-dessus.

Parce que si demain on demande à chacun de diviser par 20 sa consommation en énergie, ça risque de plaire encore moins.

Je ne dis pas que le nucléaire est la panacée. Mon propos est et restera que la sobriété est la seule issue. Mais le nucléaire permettra d'y arriver en douceur, en arrêtant très rapidement les émission de CO2. Jancovici parle d'amortisseur à la sobriété énergétique.

Le débat sur le nucléaire n'est pas pragmatique, mais purement idéologique. Et j'ai fait le ménage. Je choisis le nucléaire pour atteindre la sobriété en CO2 rapidement et gagner du temps pour atteindre aussi la sobriété énergétique et, pourquoi pas, se passer complètement de nucléaire si l'avenir le permet.
 

Commentaires

1. Le 18. août 2021, 10h46 par Cédric

Je suis globalement d'accord avec ton article. Le débat sur le nucléaire est peut-être idéologique, mais aussi très émotionnel, viscéral. J'ai fait partie de ceux qui étaient profondément anti-nucléaires car être confronté à certaines infos te plonge dans l'effroi. Au passage, ce que les terroristes pourraient faire avec nos centrales fait un peu froid dans le dos. En Belgique, des djihadistes ont surveillé le directeur d'une centrale nucléaire. Qu'avaient-ils en tête? On peut imaginer quelques scénarios cauchemardesques. Mais malgré tout, je ne jette pas le bébé avec l'eau du bain et accepte l'idée que le nucléaire est un amortisseur à la sobriété énergétique. Je pourrais donc chosir de me focaliser sur les aspects inquiétants du nucléaire. Fort "heureusement", il y a tant de choses flippantes dans ce monde que ma peur se dilue entre toutes ces sources d'angoisse, notamment entre un futur irradié/atomisé et un futur grillé par le réchauffement climatique. Entre les deux, mon coeur balance. Du côté des pro-nucélaires il y a une forme de peur aussi. Peur du retour au "moyen-âge", ou simplement aux années 40-50, que certains ont connu et qui ne devaient pas être aussi confortables que notre présent baigné d'électricité. Je ne parle pas des pro-nucléaires de l'establishement (la droite, le PS). Pour eux, cette énergie va avec la société de croissance qu'ils chérissent. Ceux-là ne seront pas très sensibles au fait que le nucléaire puisse être un amortisseur à la sobriété énergétique car j'ai le sentiment qu'ils s'en cognent de la sobriété. Et logiquement, ils nieront en bloc les risques de cette technologie.

2. Le 18. août 2021, 10h50 par Cédric

J'ajoute ce lien vers un article de Libé:

https://www.liberation.fr/france/20...

J'ai vu ce film d'Arte il y a quelques années, et il est effectivement à voir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet