COVID-19 : Il foire vraiment tout

Ça a commencé voilà 1 an, un peu plus, alors qu'Agnès Buzyn le prévenait qu'une pandémie était à l'œuvre et allait ravager le monde. Macron a attendu, envoyé ce qui nous restait de masques en Chine, laissé filer les élections municipales avant de confiner le pays en urgence, probablement trop tard pour éviter 30 000 morts.

Ce confinement tardif est pourtant la seule chose qu'il ait « réussi ». Parce qu'il s'agissait d'un vrai confinement. Le nombre de morts quotidien (la seule boussole qu'on avait) a été divisé par 50.

Rappelons quand même qu'à cette époque, il était question de masques inutiles voire dangereux, alors qu'on n'en avait pas et qu'on se faisait piquer par les américains ceux qu'on achetait. Aucun tests non plus, ou pas assez pour tester la population. À cette époque, déjà, on supprimait des lits d'hôpitaux, parce que c'était plus rentable. L'époque où les chirurgiens manquaient de surblouse et s'équipaient de sacs poubelle. L'époque où les parisiens fuyaient leur ville pour contaminer les campagnes.

La fin du confinement aura quand même été marquée par la réouverture des écoles pour seulement 2 semaines, histoire de bien brasser la population avant les vacances, de bien préparer les 2nd pic épidémique de la rentrée.

Rentrée scolaire comme si de rien n'était, avec pourtant un remontée des cas de contaminations dès le mois de juillet : de 1000 fin juillet à 5000 fin août, pour arriver après le brassage de la rentrée dans les transports en commun à 11 000 fin septembre et 40 000 fin octobre. Pas de problème, cette fois on a des masques, même si certains sont toxiques (on ne les fabrique toujours pas en France). Aussi l'arrivée notable de l'application Stop Covid, liberticide et ne résolvant en rien le problème.

Là, reconfinement, mais pas pareil. Un confinement presque inutile. D'ailleurs, il semblerait que le pic épidémique retombe avant que l'effet du confinement n'ait pu se faire sentir. Confinement qui ne confine d'ailleurs pas grand chose à part les vieux, puisque tout le monde travaille : chez son patron, à l'école, partout. On se frotte sur les barres du métro, protégés d'un masque en peau de slip, et on rentre juste après le boulot, car un couvre-feu est instauré à 18h : même sous Vichy on n'avait pas ça. À croire que le gouvernement n'aime pas les amis, pourtant bien moins dangereux que des collègues qu'on connaît finalement assez peu. Il en profite aussi pour fermer les trop grands magasins (et tous les petits aussi).

Finalement, on arrive enfin à acheter des vaccins qui ne seront pas livrés en quantité et le gouvernement mise tout dessus. TOUT ! Alors qu'on ne sait même pas si ce vaccin est capable d'éviter une propagation du virus. En vaccinant pendant le pic épidémique, au meilleur moment pour que le virus s'adapte et résiste.

Bilan de la catastrophe : le nombre de morts n'a même pas baissé de moitié : de 400 à 250 par jour. Remontée de l'épidémie chez les jeunes. Seulement 12% de la population vaccinée après le pic. Et des problème de santé mentale dans toute la population avec une épidémie de dépressions, des soins retardés, des français qui ne font plus de sport, et toujours la même surdité des dirigeants aux avis externes : scientifiques, médecins, enseignants, étudiants, manifestants, maires...

Enfin, on est remonté à près de 40 000 nouveaux cas par jours. Sans surprise. L'Allemagne et l'Espagne interdisent l'entrée sur leur sol aux Français 2 semaines avant que Macron ne décide seulement quelque chose. À croire qu'il a enfin trouvé comment financer les retraites : en réduisant le nombre de retraités pardi !

Le 3ème confinement ressemble vaguement au second. Moins contraignant que le couvre-feu, permettant aux gens de se contaminer au travail. Il ne servira à rien, ou presque. On peut déjà se préparer au 4ème confinement. Seule l'efficacité du vaccin peut nous l'éviter. Mais à ce train-là, on sera tous vaccinés à la fin de l'été 2022...

Il est bon de rappeler que rien de tout cela ne s'est fait démocratiquement. Macron décide seul, partant d'un état d'urgence sanitaire entretenu depuis plus d'un an, lui permettant de s'affranchir de l'Assemblée Nationale. Où est l'urgence ? Ça fait 1 an que ça dure au point qu'on occupe l'assemblée nationale avec (encore) ce foutu voile religieux ! Une étude vient de sortir pour expliquer qu'on aurait pu diviser nos morts par 42 avec une stratégie de vrai confinement. On aurait au passage épargné le PIB, les libertés individuelles et l'incertitude des Français.

Pire : pour protéger ses ministres de décisions hasardeuses, il les cache dans un conseil de défense, détourné de sa fonction, pour mettre les délibérations sous le sceau du secret défense. Hop, immunité pour tout le monde.

Il savent déjà qu'il ne pourront pas assumer. La preuve qu'ils nous préparent un sale coup.

Commentaires

1. Le 28. avril 2021, 11h29 par Florence

Bonjour !
https://www.youtube.com/watch?v=UKpOOtnCnCQ
Semble très sérieux... Enfin, je suis une fidèle de la chaîne !

2. Le 28. avril 2021, 7h37 par le gauchiste

Je n'aime pas trop ce type de vidéo qui fait des démonstrations très compliquées pour déboulonner l'idée que le COVID n'est qu'un épiphénomène, oubliant par exemple les 1 million de COVID longs au Ryaume Uni. Sans doute plus en France (les chiffres ne sont pas encore clairs). Ça ne se voit pas sur les courbes de mortalité, ça.

Je suis naturellement d'accord avec l'idée qu'il faut financer correctement l'hôpital public, mais selon moi, la vidéo déraille complètement à partir de la 13eme minute, où on nous montre la mortalité annuelle en expliquant que la mortalité COVID serait un simple rattrapage statistique des faibles soins apportés à la grippe l'année d'avant. Et à partir de là, on n'a plus aucun chiffre, juste des flèches sur des courbes trop petites pour voir les détails. Curieusement ! Car on verrait que la grippe de 2020 apparaît avant le pic de mortalité attribué au COVID.

Ces vidéo conspirationnistes partent toujours du fait que les morts du COVID ne serait qu'un détail statistique interprété de travers. Mais on n'est pas dans un détail. Je conteste les mesures prises, la politique sociale et économique, mais pas l'importance de la pandémie.

Par ailleurs, la chaîne youtube que vous citez n'a aucune garantie de sérieux, au contraire : elle n'existe que depuis 1 mois et n'a publié que 4 vidéos (toutes sur le même sujet), sans aucun rapport avec le titre « décoder l'éco ». À ce titre, elle n'a pas eu le temps de faire le preuve de son sérieux. Son intention est clairement un biais à prendre en compte dans la démonstration qu'elle fait. On le voit à partir de la 13ème minute.

Pour ma part, je me garde bien d'utiliser l'espérance de vie, trop vague, pour aborder ce problème.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet