Vie privée

Parmi les éléments les plus préjudiciables à la Liberté, on trouve la vie privée, aujourd'hui très menacée. Ce n'est pas un problème juridique mis un problème moral. Notre vie privée est notre seul rempart avant de terminer dans une assiette. Car la vie privée, c'est pas seulement la liberté d'aller et venir, liberté de s'exprimer, mais aussi la liberté de penser aujourd'hui menacée.

 

Fil des billets - Fil des commentaires

6 novembre, 2018

Le casse du siècle

Personne n'aura raté l'actualité récente au sujet de la France Insoumise, dont le local a été perquisitionné en grandes pompes le jour d'un replâtrage ministériel. Il y a 1 an, j'ai appelé à voter pour lui et son programme, vous devez vous demander ce que votre gauchiste pense de tout ça.

Déjà, si la réaction de Mélenchon semble avoir été déplacée, je pense que la seule chose qu'on puisse lui reprocher sont certaines phrases un peu déplacées. « la république, c'est moi », « ma personne est sacrée ». On comprend bien qu'il a sorti ces phrases sous état de choc, qu'il n'a pas su adapter le ton à la situation. Et il y a de quoi. Une perquisition est toujours traumatisante. Demandez aux écolos qui l'ont subi sous l'état d'urgence de Hollande. Ils ne pardonneront jamais. Je pense surtout Mélenchon trop honnête pour imaginer que le pouvoir puisse être à ce point corrompu.

Cette perquisition ne semble basée sur aucun élément matériel, seulement des soupçons. Et il est vrai que l'opération de police spectaculaire semble réellement disproportionnée au regard de la menace Mélenchon. À moins que Mélenchon soit une réelle menace pour le gouvernement en place ? Car la perquisition dépend du parquet, donc de la hiérarchie ministérielle.

J'aimerais que la presse s'indigne davantage sur un élément particulièrement inquiétant de l'affaire, au-delà du précédent que cela ouvre en France en terme de volonté de museler la seule opposition audible en France.

Aujourd'hui, Macron et ses sbires ont mis la main sur le fichier des honnêtes gens partisans de Mélenchon. L'État vient de faire le casse du siècle, en récupérant une liste de tous ses opposants politiques. Qu'on ne vienne pas me dire que Macron n'a pas le fichier. À ce point des opérations, Macron peut tout. Il possède au minimum la liste de tous les e-mails des abonnés à la newsletter de la France Insoumise, et donc par croisement de fichier, leur identité, parfois des échanges de mails, des contenus, discussions, l'historique de leur investissement personnel, emploi du temps, déplacements (par les téléphones) et l'agenda des actions et projets du parti, passés et à venir. Rien que ça.

« Répétons une fois de plus que l’opération du 16 octobre avec ses 15 (17 ?) perquisitions n’a pas pu être organisée sans que non seulement le pouvoir exécutif soit au courant, mais ait pris lui-même la décision. » Source : vududroit.com.

L'œil de Sauron vient d'identifier chaque opposant et personne ne dit rien ? Tout ça simplement sur un soupçon ? Même la presse qui semble avoir des infos secrètes croustillantes sur l'affaire ne trouve rien de mieux que des factures à 200 balles pour le justifier : je m'interroge sur la démocratie. Mes idées politiques sont-elles bien protégées ? Moi, en tant que citoyen non perquisitionné, qu'ai-je à craindre pour mes idées ?

On s'inquiète de donner à Mélenchon les codes de l'arme nucléaire, s'il est élu. Franchement ? On les a bien donnés à Sarkozy le colérique qui a fait tuer son pote Kadhafi pour cacher ses comptes de campagne, puis à Hollande le barbare qui a abusé de l'état d'urgence pour persécuter des militants écologistes et maintenant à Macron l'atlantiste (pire que Trump : cherchez l'erreur) qui frappe illégalement la Syrie (pas de mandat de l'ONU) et qui est en guerre contre le peuple français qu'il représente et qu'il méprise. À qui je donnerais les codes ?

Laisser le bouton rouge à Mélenchon me semble moins dangereux que tout ça. Ce serait le premier depuis Chirac à ne pas faire bêtement comme les États Unis, pays à qui je ne confierais pas plus le bouton rouge que mes données personnelles.

11 novembre, 2017

Une anomalie a été détectée dans votre dossier

Tout récemment, j'ai reçu un message vocal au sujet de mon « dossier santé » :

« Une anomalie a été détectée dans votre dossier santé.  Pour parler à un conseiller, faites le 1... »

J'avoue avoir hésité, ça semblait vraiment louche. Il est vrai que des serveurs vocaux nous appellent parfois quand on est au chômage, notamment, Pôle Emploi a des robots qui nous appellent le 12 du mois si on a oublié de déclarer nos ressources. Mais à part ça, la sécu n'appelle jamais. En fait, quand il y a un problème, ils envoient plutôt un courrier avec du marqueur fluo partout.

Le temps que je me décide, faire le 1 a simplement coupé l'appel. J'imaginais que c'était simplement une arnaque basée sur l'idée que j'allais rappeler le numéro (probablement surtaxé), pensant tomber sur la CPAM ou une mutuelle de santé... j'oublie.

Quelques jours plus tard, même appel. Là, je fais le 1. Pour voir, mais méfiant.

Je tombe sur une personne qui connaît mon nom et me demande (pour confirmer mon identité) de donner ma date de naissance, ce que je refuse de faire. Après tout, ce n'est pas moi qui les appelle. J'explique qu'il y a beaucoup d'arnaques au téléphone et que je ne donne pas ces informations au téléphone. On me répond que c'est bien naturel.

Ensuite, le type me dit que suite à une nouvelle loi qui vient de passer, je ne suis pas couvert en cas d'hospitalisation, et après quelques minutes, j'entends des tarifs... 30 euros, 40 euros... je ne sais plus trop pour quoi, le type va vite, comme si c'était évident.

Étant à la CMU, il est plutôt rare que je doive payer pour des soins de santé. En particulier dans le cas d'une hospitalisation... Donc je me suis d'autant plus méfié, même s'il est évident que je n'aurais pas dépensé 1 centime. Mais je voulais voir jusqu'où le type irait. Alors je lui ai dit frontalement que je pensais qu'il mentait (je ne prenais pas de risque). Je lui ai demandé ce qu'il avait comme information sur moi.

Il a décliné mes nom, prénom, adresse et numéro de téléphone, point.

– Vous êtes à votre maximum là ?

Il n'avait même pas ma date de naissance.

S'il l'avait eu, il aurait presque été plus crédible. J'ai donc vraiment bien fait de ne pas lui donner. J'aurais alors enrichi un fichier qui circule à mes dépens. Car il faut savoir que ce fichier circule depuis longtemps, puisque je suis en liste rouge depuis au moins 5 ans...

Donc rappel pour ceux qui reçoivent des appels pourris (donc tout le monde) : ne JAMAIS donner la moindre information au téléphone. Ni à la banque, ni au centre des impôts, ni à la CAF, RIEN. Uniquement de face à face, par courrier, ou à la rigueur si c'est vous qui appelez, mais sachez qu'alors, c'est eux qui seront tenus de mettre en doute votre identité.

J'imagine qu'ils sauvent le PIB de certains pays ?

PS : depuis, j'en suis à mon 3ème appel identique...

7 septembre, 2017

L'État brûle les billets

Certains d'entre vous l'ont peut-être remarqué, bien que cela semble bien innocent : une nouveauté est apparue cette année sur votre feuille d'impôts.

Jusqu'à récemment, il était possible de payer ses impôts en chèques ou espèces au centre des impôts, mais depuis cette année, ce n'est plus possible que dans de très rares cas. En fait, lors de votre déclaration d'impôts, il vous est demandé un RIB. Cette disposition semble anodine, mais elle est en fait lourde de sens.

Par exemple, si vous n'êtes pas imposable, il vous est simplement impossible de remplir votre déclaration d'impôts si vous ne fournissez pas de RIB. La déclaration en ligne est refusée. Même zéro euro, il faut le payer par autorisation de prélèvement. Cette année, le Trésor Public a décidé de ne pas vous laisser le choix, il se servira sur votre compte et vous vous plaindrez après. Votre compte en banque ne vous appartient plus, la passoire s'agrandit.

Mais quelle est la vraie conséquence de tout ça ?

Depuis que l'argent est inventé, il permet de payer ses impôts. En fait, c'est précisément ce qui fait la valeur de l'argent. C'est pourquoi en France, on ne paie pas en dollars et que la Chine n'utilise pas l'euro. Car le contrôle de la monnaie est un puissant outil de souveraineté. Alors l'État, pour le préserver impose le paiement de l'impôt dans sa monnaie. En France, c'est l'euro, peu importe le contrôle qui lui reste dessus.

Mais au-delà de ça, ce qu'il faut voir, c'est que l'État ne collecte plus l'impôt en euro-billet, mais en euro-virtuel. Et alors ? Alors c'est une étape de plus pour retirer à chacun la discrétion de ses dépenses. Si l'État se retire de la monnaie matérielle, s'il n'honore même plus la monnaie qu'il produit, alors on peut raisonnablement penser que les commerces en feront de même un jour et on ne pourra même plus acheter une baguette de pain sans que la kommandantur soit au courant.

« Tout par l'État, rien hors de l'État, rien contre l'État ! » Mussolini

Une loi passera. Ah, ben justement, on a Macron aux manettes, ça devrait aller vite... allons... vous n'avez rien à cacher...

22 janvier, 2017

Les compteurs Linky sont méchants [2/2]

Lors de mon dernier billet, j'ai abordé les problèmes pratiques liés au compteur Linky. Aujourd'hui, j'aimerais vous parler du pire danger que représente ce compteur à mes yeux : votre vie privée.

Car le vrai intérêt de ce compteur est dans l'analyse détaillée de votre consommation ; elle permettra ce dont la Stasi n'aurait jamais rêvé. On saura quels équipements vous possédez, quand vous êtes chez vous, combien de personnes y vivent, si vous invitez, quelle chaîne vous regardez, quelles sont vos habitudes quotidiennes. Avec ce compteur Linky, il vous sera impossible d'héberger un proche en situation délicate sans que votre fournisseur d'énergie ne le sache. C'est probablement le but recherché par Enedis, qui pourra gagner de l'argent sur votre dos.

Ces informations que Enedis a promis à la CNIL de ne jamais divulguer, on sait très bien qu'elles seront exploitées contre vous à très court terme (le pied dans la porte, comme pour le fichier de 60 millions d'innocents). Vos informations seront vendues à votre insu à des sociétés privées, à l'étranger, pour savoir quand vous appeler en vue de vous vendre des services par exemple. Cela permettra de savoir quand vos enfants seront seuls chez vous pour leur passer de la pub dédiée. Là, il sera impossible d'accuser Enedis, car vous ne saurez jamais ce qu'ils font de vos données.

C'est probablement l'une des raisons qui ont amené l'Allemagne à abandonner la pose de ces compteurs, qui posaient trop de problèmes.

En fait, ce compteur Linky connecté au réseau extérieur à votre maison pourra être piraté par n'importe qui, dans la mesure où il communiquera par le réseau des téléphones mobiles. Votre voisin, la NSA, des cambrioleurs, mais des terroristes aussi pour savoir si vous êtes chez vous et ce que vous faites. Ils pourront certainement couper tout le courant d'un quartier sans bouger de chez eux, en piratant les compteurs à distance. Plus besoin de pirater tout le réseau comme on l'a vu faire en Ukraine. Là, on pourrait imaginer de nombreux scénarios dramatiques. Le progrès dont personne n'a besoin, qu'on vous impose et qui annonce la fin d'une civilisation libre. Le collet est posé.

Ce compteur Linky aura ses équivalents pour l'eau et le gaz (nommé le Gazpar). Il est une réelle caméra de surveillance derrière vous. Maintenant, il ne suffit pas de ne rien avoir à se reprocher pour refuser cette « caméra ». Il est important de savoir qui regardera derrière.

Il est important de savoir dès aujourd'hui ce qu'Enedis aura à se reprocher demain en vous regardant.

Nous sommes en 2017 et personne n'est capable de garantir que ce Linky ne se retournera pas un jour contre vous. Merci le progrès.
     _____________________________________________________________
Liens (très) utiles : robin des toitsrefus du Linky, next-up.org, émission de radio, collectif Chartres de Bretagne
EDIT : Objecteurs de Croissance
Comment refuser Linky

Note : les compteurs seront posés et surveillés par Enedis (anciennement ERDF), qui est une filiale à 100% d'EDF.

20 janvier, 2017

Les compteurs Linky sont méchants [1/2]

On en entend parler depuis quelques années déjà, et ces compteurs électriques se propagent sur le territoire, parfois même avec force, lorsque les installateurs entrent sur votre propriété sans votre autorisation et en votre absence, pour changer ce compteur même si vous avez clairement manifesté votre refus. Une installation inutile à 5 milliards d'euros, ça ne se refuse pas, surtout lorsqu'elle est imposée par une directive Européenne...

Quelles sont les promesses du compteur ?
Il est censé permettre d'interroger votre consommation électrique à distance (mais cela ne vous concerne pas), et ouvrir et fermer ce compteur sans l'intervention d'un électricien (ce qui arrive tous les 20 ans, et ne vous concerne probablement pas). De plus ils pourront analyser votre consommation en temps réel pour ajuster la charge nécessaire à produire (là encore, cela n'est pas votre problème). En gros, ce compteur n'apporte absolument rien à l'usager (UFC Que Choisir). C'est d'ailleurs pourquoi l'Allemagne est revenue en arrière sur son installation.

Quels sont les dangers de ce compteur ?
D'une part, on entend beaucoup parler des électrosensibles qui craignent manquer d'informations sur ces installations, conçues dans le secret. S'il est difficile d'évaluer aujourd'hui les dangers du courant porteur (pas seulement pour les électrosensibles), gageons que l'impact est un rayonnement électromagnétique sur des fréquences de l'ordre de 80-395 kHz dans chacune de vos pièces ayant l'électricité, même lorsque tout est éteint. La pollution viendra donc de chez vous, quelle que soit votre utilisation de l'électricité.

D'un point de vue plus pratique, il faut voir que les informations injectées dans votre réseau électrique sous forme de petits pics de tension y fait l'effet de parasites, qui peuvent se ressentir sur tout appareil électrique, notamment votre domotique ou une utilisation propre du courant porteur. D'ailleurs, peu d'installations électriques sont prévues pour supporter de tels parasites, qui devraient nécessiter des câbles blindés.

Ce compteur sera plus fragile que l'ancien, puisque son espérance de vie est « prévue » pour 20 ans, le tiers de votre actuel compteur. De l'obsolescence programmée donc. On va donc remplacer un compteur fonctionnel et robuste par un autre ayant nécessité de l'énergie grise et plus fragile (des incendies ont déjà été rapportés, notamment aux États-Unis).

D'autre part, la tolérance de ces compteurs est plus faible. Si les anciens toléraient de petits pics de tension, les Linky se coupent au moindre dépassement. Il sera donc peut-être nécessaire de prendre un abonnement plus cher là où cela passait très bien avant.

On pourra vous couper l'électricité à distance : on n'est plus à l'abri d'une erreur, on n'a plus aucun rempart humain. Vous n'êtes plus qu'un numéro, on pourra vous couper le courant en cliquant à côté (oups !) ou parce qu'ils suspecteront une fraude (si par exemple vous ne consommez pas assez).

Le dernier aspect est le plus important à mes yeux : il concerne la vie privée. Je l'aborderai dans mon prochain billet.

     _____________________________________________________________
Liens (très) utiles : robin des toitsrefus du Linky, next-up.org, émission de radio,
collectif Chartres de Bretagne
EDIT : Objecteurs de Croissance
Comment refuser Linky

Note : les compteurs seront posés et surveillés par Enedis (anciennement ERDF), qui est une filiale à 100% d'EDF.

15 janvier, 2017

Rien à cacher, rien à craindre

Pour sauver nos libertés, il nous faut encore lutter. Les armes sont nouvelles car l'ennemi est différent. Aujourd'hui, il faut lutter contre une simple phrase.

« Si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre ».

Cette simple phrase est habile car elle semble anoblir l'idée qu'il est normal que l'on vérifie sur pièce votre honnêteté. En fait, cette simple phrase fait de vous un coupable même si vous prétendez ne rien avoir à cacher. Cette phrase dit que les honnêtes gens doivent se justifier de l'être.

Puisque vous ne cachez rien, vous acceptez l'idée que l'on pourrait vous suspecter en permanence. Il est normal de vérifier, juste comme ça, au cas où. On renverse l'état de droit sur la présomption d'innocence. C'est dans l'air du temps.

Mais que vous n'ayez rien à vous reprocher n'implique absolument pas que personne n'ait rien à vous reprocher. Un État totalitaire par exemple. Ou plus simplement un État comme la France, dans lequel on a vu certaines personnes assignées à résidence par l'état d'urgence pour le seul délit d'opinion écologiste. Ces personnes ont tout à cacher à un gouvernement un peu trop puissant et hostile à leurs idées progressistes. Sauver le monde, en France, ça demande de bien se protéger. Pas besoin de remonter à Vichy.

Regardez Edward Snowden. Il n'y a pas mieux caché que lui, pourtant il compte parmi les plus nobles sauveurs du monde. Il paie le prix de la vérité.

Vous n'imaginez pas à quel point cette petite phrase qu'on vous chante sans cesse, « rien à cacher », porte un vrai cynisme. Cette petite phrase qui pendait aux lèvres de tous ces politiciens qui ont nui à nos libertés en France, jusqu'à cette année. Un mélopée pour faire de vous un honnête citoyen. Cette litanie qu'on vous chuchote pour forcer votre docilité. Une petite chanson pour que vous racontiez tout sur vous et vos proches.

Cette chanson nous vient de Joseph Goebbels, ministre de la propagande d'Hitler. Vous vous rappelez ? le gentil petit moustachu qui voulait entrer aux Beaux-Arts ! George Orwell a repris le thème dans « 1984 » pour raconter une société totalitaire. Et Valls après lui pour peindre en rose ses CRS.

Quel talent ce Goebbels, ses chansons font encore le tour du monde.

_______________________________________________________

Quelques liens à étudier sur la question :
jenairienacacher.fr
Lettre ouverte à ceux qui n'ont rien à cacher

Citation exacte de Goebbels :
« I have nothing to hide and nothing to colour, for this young Germany has no reason to fear the judgment of the world. »

14 novembre, 2016

Tous fichés

J'essaie généralement de ne pas commenter l'actualité trop brûlante, car je pense que dans le feu de l'action on ne peut pas peser les bons arguments.

François, dans sa grande monarchie, a décidé de nous faire une loi de fichage généralisé, mettant dans une seule base de données les 60 millions d'honnêtes gens que nous sommes, sous le prétexte de sécuriser des cartes d'identité (qui ne posent presque jamais de problème).

Ce genre de fichier n'a jamais vu le jour depuis le gouvernement de Vichy. En fait, c'est même précisément en souvenir de cette guerre qu'on s'est toujours refusés à le faire.

Je résume le danger de ce type de fichier (oubliant plein de choses) :
N'importe qui aura accès au fichier (tous les policiers et plein de fonctionnaires administratifs par exemple) ;
– C'est une mine d'or concentrée en un seul fichier qu'il sera plus facile de pirater, voler, détourner de son usage (imaginez un ennemi qui tomberait dessus) ;
– Maintenant que le fichier est créé, il devient très facile de changer un p'tit truc pour que ça devienne un fichier policier (seules les recherches biométriques y sont « pour le moment » interdites) ;
– Personne n'a été consulté (ni la CNIL, ni le Conseil National du Numérique, ni Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargé du Numérique) ;
– On n'est plus propriétaires de nos données personnelles ;
– Ces données peuvent voyager à l'étranger sur la demande d'un pays tiers (cas d'une enquête, on fait confiance...).
– Cette loi s'est encore fait l'économie des députés, puisqu'elle est passée par décret (on ne touche pas aux libertés par décret dans une démocratie !). Je me trompe ou François n'aime pas les gens ?

J'oublie de nombreuses raisons « techniques » de refuser ce fichage. Mais à l'heure où on demande le relevé ADN des innocents parqués en garde à vue par erreur (la loi est rentrée sur l'argument des crimes pédophiles et a lentement migré vers le fichage des innocents !), il est important de résister.

Cette petite introduction pour vous faire lire cette lettre ouverte de Noël Mamère à nos ministres de la justice et de l'intérieur :

Lettre ouverte de Noël Mamère

11 juillet, 2016

L'autocensure de l'intelligence

Imaginez-vous pendant la seconde guerre mondiale, sous le régime de Vichy. Vous n'êtes pas résistant, vous n'êtes pas pro-nazi non plus. Vous essayez simplement de vivre « normalement », sans faire d'histoires, en essayant de ne pas être inquiété. Parce que vous estimez que la guerre n'est pas votre affaire, et que vous n'avez « rien à vous reprocher ».

Imaginez-vous au téléphone avec un ami. Est-ce que vous lui diriez que :
– vous n'aimez pas les Allemands ?
– vous avez un ami juif ?
– vous savez où trouver de la viande au marché noir ?
– vous connaissez un résistant ?
– des rafles sont secrètement prévues prochainement ?

Non. Vous pratiqueriez l'autocensure. Pourtant vous n'auriez rien à vous reprocher. C'est exactement ce qui est en train de vous arriver depuis quelques années.

Vos visites sur internet sont surveillées et vous n'allez pas sur des sites salafistes de peur d'être pris pour un terroriste. Comment savez-vous ce qu'est le salafisme ? Le savez-vous vraiment ? Vous informer est-il illégitime ?

Vous n'allez par sur des sites de vente d'armes pour vérifier que les allumés qui tuent dans les écoles américaines achètent des armes en vente libre. Vous croyez la presse les yeux fermés.

Vous n'allez pas taper « piratage wifi », alors que vous voudriez simplement « sécuriser votre connexion Internet » comme l'Hadopi nous dit de faire. Vous obéissez à une loi que vous ne comprenez pas. Car pour la comprendre, il faudrait comprendre le piratage d'adresse IP, se renseigner en tapant « piratage wifi ».

Vous ne cherchez pas dans Google de sites expliquant pourquoi les pédophiles le sont devenus, de peur d'être accusé d'empathie ou d'intérêt. Ou simplement peur de taper « pédophile » dans un moteur de recherche.

Vous pratiquez cette autocensure alors que vous êtes seul chez vous et que vos intentions sont saines.

Sans vous en rendre compte, vous formatez votre cerveau à ne pas satisfaire votre curiosité, unique source d'intelligence.

Vous subissez de votre plein gré un lavage de cerveau.

Lien vers une étude WashingtonPost
et article du Monde

15 juin, 2016

Après Pacitel, voilà Bloctel

J'ai toujours eu du mal avec Frédéric Lefèbvre. Le Jean Lefèbvre de la politique. Il a fait du lobbying, pour le tabac, l'alcool et les casinos puis décide de se tourner vers la politique.

Ce bel homme décide donc de s'attaquer au démarchage téléphonique. Il se lève un matin, se gratte, se sent le doigt et crie au génie ! « On va faire un fichier de gens qui refusent d'être fichés pour démarchage ! » De là sort l'idée de Pacitel, un service qui sert de caution aux démarcheurs qui seraient assez honnêtes pour de toute façon se passer de cette charte. Car ceux qui sont malhonnêtes (tous ?) n'ont pas besoin d'adhérer au dispositif payant.

Par exemple ? Il n'est absolument jamais arrivé qu'un professionnel me propose de m'inscrire à Pacitel alors que c'est une obligation qui lui est faite.

J'admets volontiers que ce problème est vraiment prenant pour moi, chômeur, souvent amené à attendre à côté du téléphone qu'un employeur me rappelle. Chaque sonnerie est une source de stress.

Mais grand progrès, la gauche est maintenant au pouvoir ! On vient d'annoncer en fanfare que ce dispositif dépassé sera remplacé par Bloctel ! C'est vraiment mieux, c'est complètement différent. Car ceux qui ne veulent pas être dérangés au téléphone n'auront qu'à... s'inscrire dans un fichier. On voit le progrès.

la société qui gère Bloctel s’appelle Opposetel, laquelle est administrée par quatre sociétés… de démarchage téléphonique ! (source)

Avant, il existait la liste orange de l'annuaire qui rendait le même service (en gros). Ça n'a jamais marché, alors je suis passé en liste rouge. C'est mieux mais pas parfait, car les entreprises font des numéros au hasard !

On notera quand même que l'amende que proposera bloctel pour les entreprises indélicates ne sera applicable qu'en France. Et franchement, je pense que je ne suis pas souvent démarché depuis la France...

Je fais des pieds et des mains pour ne pas être fiché et ainsi éviter ces appels stupides, et on veut me protéger en créant un nouveau fichier ? Ils sont à leur maximum là ?

10 juin, 2016

La vie maritale pour la CAF

La CAF parle de « vie maritale » ou « vie en concubinage ». Mais c'est quoi ce truc ? En fait, personne ne sait.

Nul doute que tous les PACSés de la Terre, les concubins et les mariés auront du mal à cacher leur « vie maritale », bien que cela soit discutable s'ils n'habitent pas ensemble (les situations sont toujours compliquées !). En fait, au-delà des cas simples, la CAF ne s'intéresse pas aux gens qui vivent juste ensemble : mais plutôt... ceux qui couchent ensemble ? ceux qui s'aiment ?

Tout le truc fumeux étant qu'ils n'ont pas le droit de le dire, car la sexualité regarde chacun et n'a pas à entrer en ligne de compte pour une quelconque allocation.

La stratégie de la CAF est donc d'essayer de définir ce qu'est une relation sexuelle sous le même toit sans utiliser les mots « sexe, cul, baiser, forniquer, coucher... ». Pas simple. Alors ils essaient d'établir leur vie maritale sur plusieurs éléments :

1- L'adresse :
Si vous habitez ensemble, c'est un indice sérieux. Il y a de fortes chances que vous receviez un contrôle domiciliaire un jour. Surtout maintenant que les homosexuels existent, tout le monde est coupable ! Notez bien que ce critère ne permet pas du tout de faire la différence entre une colocation et une vie maritale, mais passons.

2- Les factures :
Là, c'est le côté très classe et merdique de la chose, puisqu'il est question de bien voir en détail si on n'a pas un colocataire qui paierait plus que l'autre en factures (électricité, eau, loyer, tout ça). Cela demande une gestion très rigoureuse des factures, car si l'un paie plus que l'autre, ça veut dire qu'il y a vie maritale ! Si vous voulez prêter 200€ à votre colocataire pour le dépanner en cas de misère, je vous conseille de le faire en espèces, sinon, il faudra vous justifier (mais je vous jure, je lui ai juste payé une passe).

3- Le voisinage :
C'est le côté absolument abominable du dispositif. Il est question de savoir si vous êtes perçus par votre « entourage » (je cite : « la mairie, l'école, les commerçants... » ) comme vivant en concubinage. C'est ce qu'on appelle une enquête de voisinage. Cela inclue votre voisin de palier, votre propriétaire, etc. Quand je vois le nombre de fois que je me suis fait reprocher au cinéma de ne pas payer pour une copine qui m'accompagnait, autant vous dire que ce critère fumeux peut vous coûter très cher.

4- Une relation permanente
Là, puisqu'on est blasés, le dernier critère est seulement flou et empirique. Il est question de savoir si votre relation est stable (pas de critère). À partir de quand votre situation peut-elle être considérée comme stable ? 2 mois ? 1 an ? 10 ans ? Si on s'engueule de temps temps, ça compte comment ? Si on interrompt le contrat 1 mois avant de se consoler ?

Il faut savoir qu'au-delà de l'aspect comique d'une administration débile, des drames surviennent régulièrement parce que des papiers n'arrivent pas, des inspecteurs sont trop scrupuleux, ou des situations compliquées ne tombent pas dans les cases des formulaires.

La débilité de cette situation justifie encore le besoin d'un revenu de base, qui arrête cette inquisition sur notre vie « maritale ». Une allocation inconditionnelle, où on ne nous demande pas ce qu'on a mangé le midi, baisé le soir, prié le matin ou travaillé l'après-midi. Le simple fait de remplir ces formulaires est vécu par chaque allocataire comme une intrusion dans sa vie privée. Et toucher les minima sociaux ne devrait pas être assorti de la double peine de perdre sa vie privée ou sa dignité.

Ceci explique que de très nombreux allocataires ne recourent pas à leurs droits : 33% pour le RSA socle et 68% pour le RSA activité. Et ils nous traquent pour moins de 0,3% de fraude supposée(1) ?

vie_maritale.gif
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

(1) : La fraude serait de 209,6 millions en 2014, sur un budget d'environ 81 milliards d'euros (chiffre 2012), soit 0,3% (0,08% en nombre de personnes). Ce chiffre inclut aussi les erreurs de bonne foi. La production de faux et escroquerie n'est que de 7% de ça, donc : 0,02%.

- page 1 de 2