17 juin, 2019

Un bénévole qui tient le balai

Alors que je suivais un accompagnement personnalisé (et renforcé) auprès d'une entreprise privée de recyclage de chômeurs, on me fait la publicité de ce qui s'appelait encore à l'époque l' « évaluation en milieu de travail », ou encore EMT, renommée et élargie aujourd'hui en PMSMP.

Ce dispositif vise à tester un truc. En général, l'idée est de tester si on aime ou non un métier en conditions réelles. On nous pousse parfois à faire des trucs pour voir si on est encore capables de travailler j'imagine.

Aux réunions, on avait un type, la cinquantaine, au chômage (évidemment), qui avait travaillé pendant 20 ans en tant qu'agent d'entretien. On lui demande vers quel métier il aimerait maintenant se tourner, et il répond « agent d'entretien ». En fait, lorsque j'étais à l'école, on me disait que si je travaillais mal, je finirais balayeur (ce qu'on appelle aujourd'hui pudiquement « agent d'entretien »). Et là, je me retrouve face à un type dont c'est le métier depuis 20 ans, et qui nous dit, alors qu'on lui pose une question ouverte que non, il ne veut pas changer, il aime ce métier.

Une mine d'or. Une type qui lave par plaisir.

Alors comme on nous tartine des EMT du matin au soir, on lui propose d'en faire une, et il trouve un endroit pour en faire une. Il s'agit d'une EMT de 3 semaines (le maximum à l'époque), avec pour objectif de travailler sur des machines, parce qu'il n'a jamais fait ça, il aimerait bien découvrir. Pas de problème, on lui signe l'EMT, simple formalité.

Un mois plus tard, à une autre réunion, il est de retour.

Il nous apprend qu'il est un peu déçu, parce qu'il n'a pas pu travailler sur les machines. Elles étaient en panne. Il a donc passé 3 semaines à faire gratuitement un boulot qu'il maîtrise parfaitement puisqu'il le fait depuis 20 ans. Il se peut que ça lui ait même coûté du transport ou du restau d'entreprise.

Maintenant que les EMT sont devenues des PMSMP, le même type peut se faire arnaquer 4 semaines au lieu de 3 pour faire gratuitement le métier qu'il connaît déjà très bien. Ces « stages » sont l'arnaque des temps modernes : sous de nombreux prétextes fallacieux, Pôle Emploi vous dit d'en faire, même dans des métiers que vous connaissez. Cela change-t-il les chômeurs de case ?

N'imaginez pas que ces situations soient rares. Il existe même des entreprises qui les utilisent comme période d'essai pour vous tester gratuitement, et ne pas vous garder parce que vous ne faites pas l'affaire. Pôle Emploi a beau le savoir, ils peuvent de moins en moins surveiller ces abus.

Comme on dit sur Internet : « Si c'est gratuit, c'est toi le produit ».

12 juin, 2019

Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel

Je pense que depuis au moins 5 ans, il n'est jamais arrivé qu'un conseiller Pôle Emploi ne me conseille pas de faire une PSMSP. En fait, dans la plupart des cas, ce conseiller m'en tartine même une telle couche qu'on pourrait parler de vente forcée, voire abus de faiblesse, si on considère qu'un chômeur à Pôle Emploi n'en mène pas large.

La PMSMP est une « Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel ». C'est le nouveau nom de l'EMT (Évaluation en Milieu de Travail).

J'en parle ici. Ce sont des stages non rémunérés par l'employeur, dont la durée peut aller de 1 à 28 jours. Ils en mettent partout. Tellement que ça coule sur les bords.

Les conseillers me disent que c'est un bon moyen de faire du réseau. Le réseau... ce piston qu'il faudrait avoir sans être bien né. Cette preuve de l'inutilité de Pôle Emploi, qui n'est plus capable de remplacer ce fameux « piston », qui sépare les riches des pauvres, piston qui permet que les destinées ne changent pas d'une génération à l'autre...

Qu'on se comprenne bien : je suis d'accord pour prêter main forte lorsque c'est utile. Un déménagement, peindre un appartement, ranger, aider un voisin gratuitement, oui ! Mais quand je suis bénévole dans une association qui est en redressement judiciaire, Pôle Emploi me le reproche vertement, me disant que ce n'est pas une façon de travailler. Que le travail n'est pas gratuit. Ah, ben ok, je vais arrêter alors. C'est dommage, ça me permettait de faire du réseau. Et puis j'avais des petits contrats de temps en temps.

Mais travailler gratuitement pour une entreprise privée qui fait de l'argent, par contre, c'est drôlement bien. Ça permet de faire du réseau... donc la première étape pour faire du réseau, rencontrer les bonnes personnes et avoir un bon boulot, c'est de bosser gratuitement.

Vous noterez que si le bénévolat est toujours interdit aux demandeurs d'emploi, Macron prévoit de le rendre obligatoire avec son « revenu universel d'activité ».

14 mai, 2019

La taxe Tobin

On parle beaucoup depuis quelques années de la « taxe Tobin ». Les marchés financiers étant un paradis fiscal à l'échelle de la planète, certains économistes (Tobin, mais aussi Keynes bien avant lui) proposent de les réguler en y appliquant une taxe, comme on le fait à tous les secteurs marchands. C'est notamment la position de l'association Attac. On taxe déjà les bénéfices des entreprises, la vente de produits finis par la TVA, on taxe aussi certaines épargnes. Mais les plus-values boursières ne sont pas taxées. Cela semble évident de considérer qu'il s'agit d'un oubli à corriger.

Certains projets proposent de taxer les plus-values à environ 0,05%. Connaissez-vous beaucoup de taxes aussi faibles ? Il est vrai que ce projet se base sur l'idée qu'une transaction boursière s'effectue avec une vitesse de l'ordre de la nanoseconde. Comprenez : 1 milliard de fois par seconde. On est loin de l'actionnaire qui vote au comité d'administration de l'entreprise dans laquelle il croit, une fois par an. En fait, il est plus rentable d'acheter et vendre une action que de compter sur les dividendes.

Vous sentez que je suis peut-être un peu hostile à une taxe aussi faible alors que le marché est aussi immoral ? En fait, je pense qu'il faut taxer sur qui est « normal », mais il ne faut pas taxer ce qui devrait être interdit. On ne doit pas taxer la pollution, la cocaïne, l'ivresse sur la route, la contrebande, non. Il faut les interdire.

Je pense qu'avant de se poser la question de taxer les transactions financières, il faut les réguler. Les rendre « normales », leur rendre une utilité sociale. Et ensuite, il sera question de les taxer sur la base de tout ce qui fait fonctionner la société.

Il faut interdire (ou taxer à 100%) toute transaction qui serait inférieure à 1 semaine et ne rendre possibles les positions (achat - vente) qu'une fois par jour. Parce qu'en 1 journée, il a le temps de se passer des choses, bien plus qu'en une nanoseconde. Il faut revenir à une dimension humaine des investissements pour qu'ils reprennent leur sens premier : aider les entreprises.

Ensuite seulement, on réfléchira à les taxer.
 

1 mai, 2019

Notre Dame en Soldes

Chaque lecteur que vous êtes a eu, au moins un instant, une petite émotion en pensant qu'il était possible de perdre des éléments importants de notre patrimoine culturel. Cette cathédrale qui a survécu aux Allemands en 1945, alors qu'Hitler aurait donné la consigne de tout saboter en partant, n'aura pas passé le cap d'un petit nettoyage. De là à supposer que c'est un compteur Linky qui a foutu le feu, je n'ose pas... Mais ça aurait de la gueule...

Deux éléments me font réagir à cet événement. Non pas sur les causes de l'incident de Notre Dame de Paris, mais sur Macron, notre incident à nous, Français.

« Nous rebâtirons la cathédrale de Notre-Dame plus belle encore et je veux que cela soit achevé d’ici cinq années, nous le pouvons » E. Macron

Macron nous dit qu'il veut la refaire en 5 ans, et qu'elle sera plus belle qu'avant. Il ne la trouvait pas assez belle ? Il ne serait pas en train de nous refaire le coup de la nouvelle recette ? Sur les biscuits, quand on replace des aliments par des ingrédients chimiques par exemple. Je verrais bien Notre Dame encore plus belle et plus dans notre temps avec de la tôle ondulée et des poutres en rail de chemin de fer par exemple. Ce serait très tendance. Et puis ça expliquerait qu'il soit capable de tout refaire en 5 ans...

L'autre aspect concerne le prix des réparations. On sait très bien que personne n'oserait mégoter sur le prix (la tôle ondulée, c'est pas si cher). Non, c'est surtout ce qu'il nous dit ensuite, alors que les cendres sont encore chaudes.

« Dès demain une souscription nationale sera lancée » E. Macron

Ce qui est drôle, c'est que d'un côté, on pourrait dire que c'est vraiment à l'État de payer ça en prélevant des impôts. Par exemple, avec l'ISF, on avait de quoi restaurer 4 fois Notre Dame sans demander l'aumône. Mais surtout, sa souscription nationale fera appel à des riches donateurs qui pourront à nouveau profiter d'un rabais de 66% en économie d'impôts. Donc finalement, c'est quand même l'État qui paie, grâce à l'impôt des classes moyennes. C'est donc tous les autres qui paieront la grosse part des travaux par leurs impôts. D'ailleurs, les pauvres pourront aussi donner, mais s'ils ne paient pas d'impôts, ils n'auront pas droit aux 66% d'économie.

C'est aussi de la publicité pour pas trop cher. Quand on connaît le budget pub de LVMH, Notre Dame aura permis un bon coup de communication, à un moment où tout le monde était très à l'écoute de Notre Dame...

C'est fort quand même. C'est vraiment un réflexe chez lui : même quand tout le monde perd un bijou national, il est capable de nous cracher encore dessus.

Je pense qu'à ce niveau d'arrogance, on peut parler de talent.
 

5 avril, 2019

Que peut faire l'armée dans une manif

Depuis François Hollande (on ne va pas seulement embêter Macron), on nous a collé des militaires en France. On appelle ça l'opération sentinelle. Ça consiste à payer cher des militaires qui ne voient plus leur famille et ne servent à rien dans une ville pleine d'innocents, pour qu'ils interviennent en cas de problème (même s'ils n'en ont jamais eu besoin). On les épuise donc et on habitue les civils à voir du vert kaki dans les rues. On nous habitue à un climat de guerre civile, comme on nous a habitués à l'idée de montrer notre sac avec le plan Vigipirate. C'est pour votre sécurité qu'on vous dit.

Mais pour protéger le Fouquet's et ses amis, le gouvernement a décidé d'utiliser ces sentinelles dans les manifestations. Naturellement, on nous dit pour le moment que ce ne sont pas des opérations de maintien de l'ordre, c'est seulement pour sécuriser des bâtiments.

Personne n'a vu le tour de passe-passe ? On nous a mis ces soldats dans la rue pour protéger les gens contre les terroristes, et aujourd'hui, on les y met pour protéger les bâtiments contre les gens !

Tout le monde le dit, les militaires ne sont pas formés pour les opérations de « maintien de l'ordre ». Après avoir envoyé des CRS (dont c'est le métier), avec des armes (interdites à l'étranger), des chars, des hélicoptères et des drones, on envoie maintenant l'armée. C'est logique... logique si on considère que le danger vient des Français eux-mêmes.

Mais comment un militaire peut-il s'y prendre pour protéger un bâtiment ou une zone ? Imaginez : il a l'interdiction de tirer tant que sa vie n'est pas en jeu. Mais il est quand même armé. Donc sauf à craindre un terroriste dans le foule, il ne tirera pas. Après 4 mois de Gilets Jaunes, aucun manifestant n'a fait feu sur un policier. Quelle riposte proportionnée pourrait faire un soldat, censé protéger les gens qu'il a en face de lui ?

Imaginez une meute de manifestants tentant de saccager une statue. Que fait l'armée ? Elle crie ? Elle pousse les manifestants gentiment ? Elle n'est pas formée à ça, elle en est incapable.

L'armée ne peut faire que 2 choses : regarder faire les manifestants ou faire une bavure.

Grande idée que de renforcer ce climat de guerre civile. Ça nous prépare au cas où ils auront le droit de tirer sur nous... mais croyez-moi : si une telle bavure avait lieu, Macron compterait ses dernières heures.

- page 1 de 24