20 octobre, 2019

Le 14 juillet, gande fête nationale

Tous les ans c'est pareil : grand défilé pour le 14 juillet. Défilé militaire, quand même. Le paquetage doit briller, il est important que l'armée rende hommage au peuple devant l'Arc de triomphe. L'armée ? Oui, pourquoi l'armée ? Pourquoi un monument aux morts ?

Alors que justement, Macron venait de faire l'éloge d'une armée européenne avec une France encore moins souveraine qu'avant. Car je rappelle qu'aujourd'hui, l'armée française est la première d'Europe, et qu'elle est d'ailleurs presque la seule(1). Il serait même question de perdre notre souveraineté sur les choix militaires. On en avait perdu un gros bout avec notre pleine adhésion à l'OTAN, qui nous oblige ainsi à combattre activement aux côtés de pays qui pourraient s'engager dans des conflits douteux (Israël, la Turquie, les États Unis...). Il serait maintenant question de ne plus décider du tout : hop ! On donne tous les pouvoir à l'Europe, celle qui décide pour les peuples, contre eux.

Lorsque j'étais petit, je pensais que le 14 juillet était la date de libération de la France pendant la 2nde guerre. Sans doute parce que j'étais nul en histoire et aussi parce que j'étais influencé par ces militaires défilant à la télévision. Je ne savais pas encore que les militaires n'avaient rien à faire dans la rue un 14 juillet devant le monument militaire suprême (2).

Le 14 juillet, c'est la fin d'un règne. Le 14 juillet, c'est quand l'État se transforme en « démocratie » (quoi qu'on pense de ce mot à cette époque) poussé par la force du peuple. L'armée n'était pas du côté du peuple. Et aujourd'hui encore il faut admettre une chose peu rassurante : Macron est le chef des armées, et il est carrément de l'autre côté. En fait, il est du côté de la guillotine.

Macron, celui-là même qui utilise l'armée contre nous, celui-là même qui invite Trump, le chef de la plus grosse armée du monde, celui-là même qui veut donner les clés de l'armée à l'Europe, celui-là même qui rejette la parole du peuple comme aucun autre avant lui : celui-là même qui envoie l'armée contre le peuple qui manifeste.

Le jour emblème de la souveraineté populaire, notre Président nous rappelle à quel point on a perdu le contrôle démocratique, avec un défilé où j'aurais aimé voir des gilets jaunes au lieu de paquetages militaires rutilants

Je pense qu'il ferait bien mieux de se cacher pour les prochains 14 juillet, car il ravive un souvenir révolutionnaire dont on pourrait bien le débiter.

____________________________________________________

(1) La France est la première armée d'Europe, suivie par Le Royaume Uni, l'Allemagne. Les autres sont loin derrière en terme de budget.

(2) L'Arc de Triomphe a été bâti sous Napoléon en mémoire des victoires militaires françaises, après la bataille d'Austerlitz. Il est devenu le souvenir de la première guerre mondiale avec l'inhumation du soldat inconnu.

2 octobre, 2019

Ça va matcher à Pôle Emploi !

Lorsque vous êtes inscrits à Pôle Emploi, le staff vous envoie régulièrement des invitations à des événements. Ce sont généralement des événements qui ne vous concernent absolument pas, comme des foires à l'emploi où il est question de défiler avec son CV devant une personne d'accueil, même pas DRH, et qui fait le plein de CV de candidats exploitables pour pas cher.

Quand je dis que ces ateliers ne vous concernent généralement pas, c'est que vous cherchez en plomberie et qu'on vous propose une session d'emploi pour devenir cuisinier. En fait, on pourrait comprendre certaines erreurs d'aiguillage, par exemple sur des mots-clés proches, sur une mauvaise interprétation de votre CV ou une surreprésentation d'une expérience passée pas en rapport avec votre recherche par exemple. Mais en fait, de plus en plus, on reçoit des invitations par Pôle Emploi à des trucs qui n'ont rien à voir.

Me concernant, à part 2 propositions de formation n'ayant rien à voir avec mon profil, mais d'un univers proche pour un néophyte (et je déplore si les agents de Pôle Emploi en sont), je n'ai reçu aucune invitation en rapport avec ma recherche. RIEN.

Mais plus inquiétante est cette évolution de la mission de Pôle Emploi. Cette évolution m'a été confirmée par 2 conseillers excédés et par cette invitation anodine, ci-dessous :

INVITATION
échantillon d'un flyer infantilisant envoyé aux chômeurs...

Outre le fait qu'il concerne les jeune diplômés cherchant un premier job (ce que je ne suis pas), il dit clairement de ne pas prendre son CV.

Quel est l'intérêt du mot « métier » si même Pôle Emploi le sabote en vous faisant croire que votre expérience ne sert à rien ? Car oui, c'est une évolution en cours : Pôle Emploi voudrait vous fourguer des postes qui ne sont pas pour vous. Vos expériences professionnelles, vos diplômes, vos espoirs, tout ça ne vaudrait rien. Une nouvelle case apparaît maintenant sur votre profil en ligne où il est question de remplir non plus votre CV, mais vos compétences au sens large.

Il n'est pas encore obligatoire de le remplir comme l'est la partie CV, mais c'est prévu. Ça va se faire. L'intérêt étant qu'il vous sera alors impossible de refuser certains boulots car vous aurez « la compétence ».

« Quatre langues ? Reste là, tu colleras les timbres. » Coluche

Ces compétences sont ni plus ni moins que des cases à remplir. Donc ne cherchez pas, « sens de l'organisation » pourra vous amener à diriger une équipe, gérer vos livraisons, suivre une recette de cuisine, mettre des courrier sous pli ou faire des photocopies.

Ils sont futés à Pôle Emploi...
 

17 juin, 2019

Un bénévole qui tient le balai

Alors que je suivais un accompagnement personnalisé (et renforcé) auprès d'une entreprise privée de recyclage de chômeurs, on me fait la publicité de ce qui s'appelait encore à l'époque l' « évaluation en milieu de travail », ou encore EMT, renommée et élargie aujourd'hui en PMSMP.

Ce dispositif vise à tester un truc. En général, l'idée est de tester si on aime ou non un métier en conditions réelles. On nous pousse parfois à faire des trucs pour voir si on est encore capables de travailler j'imagine.

Aux réunions, on avait un type, la cinquantaine, au chômage (évidemment), qui avait travaillé pendant 20 ans en tant qu'agent d'entretien. On lui demande vers quel métier il aimerait maintenant se tourner, et il répond « agent d'entretien ». En fait, lorsque j'étais à l'école, on me disait que si je travaillais mal, je finirais balayeur (ce qu'on appelle aujourd'hui pudiquement « agent d'entretien »). Et là, je me retrouve face à un type dont c'est le métier depuis 20 ans, et qui nous dit, alors qu'on lui pose une question ouverte que non, il ne veut pas changer, il aime ce métier.

Une mine d'or. Une type qui lave par plaisir.

Alors comme on nous tartine des EMT du matin au soir, on lui propose d'en faire une, et il trouve un endroit pour en faire une. Il s'agit d'une EMT de 3 semaines (le maximum à l'époque), avec pour objectif de travailler sur des machines, parce qu'il n'a jamais fait ça, il aimerait bien découvrir. Pas de problème, on lui signe l'EMT, simple formalité.

Un mois plus tard, à une autre réunion, il est de retour.

Il nous apprend qu'il est un peu déçu, parce qu'il n'a pas pu travailler sur les machines. Elles étaient en panne. Il a donc passé 3 semaines à faire gratuitement un boulot qu'il maîtrise parfaitement puisqu'il le fait depuis 20 ans. Il se peut que ça lui ait même coûté du transport ou du restau d'entreprise.

Maintenant que les EMT sont devenues des PMSMP, le même type peut se faire arnaquer 4 semaines au lieu de 3 pour faire gratuitement le métier qu'il connaît déjà très bien. Ces « stages » sont l'arnaque des temps modernes : sous de nombreux prétextes fallacieux, Pôle Emploi vous dit d'en faire, même dans des métiers que vous connaissez. Cela change-t-il les chômeurs de case ?

N'imaginez pas que ces situations soient rares. Il existe même des entreprises qui les utilisent comme période d'essai pour vous tester gratuitement, et ne pas vous garder parce que vous ne faites pas l'affaire. Pôle Emploi a beau le savoir, ils peuvent de moins en moins surveiller ces abus.

Comme on dit sur Internet : « Si c'est gratuit, c'est toi le produit ».

12 juin, 2019

Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel

Je pense que depuis au moins 5 ans, il n'est jamais arrivé qu'un conseiller Pôle Emploi ne me conseille pas de faire une PSMSP. En fait, dans la plupart des cas, ce conseiller m'en tartine même une telle couche qu'on pourrait parler de vente forcée, voire abus de faiblesse, si on considère qu'un chômeur à Pôle Emploi n'en mène pas large.

La PMSMP est une « Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel ». C'est le nouveau nom de l'EMT (Évaluation en Milieu de Travail).

J'en parle ici. Ce sont des stages non rémunérés par l'employeur, dont la durée peut aller de 1 à 28 jours. Ils en mettent partout. Tellement que ça coule sur les bords.

Les conseillers me disent que c'est un bon moyen de faire du réseau. Le réseau... ce piston qu'il faudrait avoir sans être bien né. Cette preuve de l'inutilité de Pôle Emploi, qui n'est plus capable de remplacer ce fameux « piston », qui sépare les riches des pauvres, piston qui permet que les destinées ne changent pas d'une génération à l'autre...

Qu'on se comprenne bien : je suis d'accord pour prêter main forte lorsque c'est utile. Un déménagement, peindre un appartement, ranger, aider un voisin gratuitement, oui ! Mais quand je suis bénévole dans une association qui est en redressement judiciaire, Pôle Emploi me le reproche vertement, me disant que ce n'est pas une façon de travailler. Que le travail n'est pas gratuit. Ah, ben ok, je vais arrêter alors. C'est dommage, ça me permettait de faire du réseau. Et puis j'avais des petits contrats de temps en temps.

Mais travailler gratuitement pour une entreprise privée qui fait de l'argent, par contre, c'est drôlement bien. Ça permet de faire du réseau... donc la première étape pour faire du réseau, rencontrer les bonnes personnes et avoir un bon boulot, c'est de bosser gratuitement.

Vous noterez que si le bénévolat est toujours interdit aux demandeurs d'emploi, Macron prévoit de le rendre obligatoire avec son « revenu universel d'activité ».

14 mai, 2019

La taxe Tobin

On parle beaucoup depuis quelques années de la « taxe Tobin ». Les marchés financiers étant un paradis fiscal à l'échelle de la planète, certains économistes (Tobin, mais aussi Keynes bien avant lui) proposent de les réguler en y appliquant une taxe, comme on le fait à tous les secteurs marchands. C'est notamment la position de l'association Attac. On taxe déjà les bénéfices des entreprises, la vente de produits finis par la TVA, on taxe aussi certaines épargnes. Mais les plus-values boursières ne sont pas taxées. Cela semble évident de considérer qu'il s'agit d'un oubli à corriger.

Certains projets proposent de taxer les plus-values à environ 0,05%. Connaissez-vous beaucoup de taxes aussi faibles ? Il est vrai que ce projet se base sur l'idée qu'une transaction boursière s'effectue avec une vitesse de l'ordre de la nanoseconde. Comprenez : 1 milliard de fois par seconde. On est loin de l'actionnaire qui vote au comité d'administration de l'entreprise dans laquelle il croit, une fois par an. En fait, il est plus rentable d'acheter et vendre une action que de compter sur les dividendes.

Vous sentez que je suis peut-être un peu hostile à une taxe aussi faible alors que le marché est aussi immoral ? En fait, je pense qu'il faut taxer sur qui est « normal », mais il ne faut pas taxer ce qui devrait être interdit. On ne doit pas taxer la pollution, la cocaïne, l'ivresse sur la route, la contrebande, non. Il faut les interdire.

Je pense qu'avant de se poser la question de taxer les transactions financières, il faut les réguler. Les rendre « normales », leur rendre une utilité sociale. Et ensuite, il sera question de les taxer sur la base de tout ce qui fait fonctionner la société.

Il faut interdire (ou taxer à 100%) toute transaction qui serait inférieure à 1 semaine et ne rendre possibles les positions (achat - vente) qu'une fois par jour. Parce qu'en 1 journée, il a le temps de se passer des choses, bien plus qu'en une nanoseconde. Il faut revenir à une dimension humaine des investissements pour qu'ils reprennent leur sens premier : aider les entreprises.

Ensuite seulement, on réfléchira à les taxer.
 

- page 1 de 25