Areva remercie bien Hulot !

Personne n'est passé à côté des annonces de notre ministre de l'écologie (appelé pompeusement transition quelque chose). Nicolas Hulot fait des propositions qui « pourraient » aller dans le sens d'une vie proche de la nature, mais...

Il propose d'interdire purement et simplement la vente de voitures thermiques (essence, diesel, GPL) à l'horizon 2040. L'idée étant de freiner des 4 fers pour ralentir le réchauffement climatique. Évidemment, on applaudit tous. Et si un écolo tel que moi venait à y redire, il serait taxé de ne jamais rien vouloir pour arranger le monde. Sauf que... le transport, c'est bien, mais ce n'est que 14% de l'effet de serre (chiffre 2010). Le numéro 1, c'est la viande (aucune proposition) et l'industrie (que dalle).

Alors oui, 14%, c'est toujours ça de pris, même si on sait que ce chiffre comprend les camions et les avions, pas concernés par ses réformes et hautement contributeurs. Non, pour moi, le hic, c'est qu'on ne règle encore rien.

Par prudence, je devrais attendre d'en savoir plus sur cette idée, mais je viens justement de faire régler ma boule de cristal, et on y voit très clairement : Passer tout le parc automobile en électrique obligera à tripler le nombre de centrales. Tripler la production d'énergie nucléaire. Tripler les déchets radioactifs. Juste au moment où les centrales vieillissantes devraient être remisées.

Évidemment, la volonté de réduire nos émissions de CO2 va dans le bon sens. Mais je continue de penser qu'on pouvait commencer par sortir les gens de leur voiture. Interdire les voitures en ville par exemple, réduire le permis B à des voitures de 1500kg en charge, Interdire la production de voitures lourdes qui ne contiennent que 5 passagers (les 4x4 quoi)... Parce que la priorité, c'est aussi d'apprendre à gaspiller moins d'énergie, quelle qu'elle soit.

Et ça, le Hulot, il n'en parle pas du tout. C'est Areva qui doit être contente...

Commentaires

1. Le 16 juillet, 2017, 8h44 par Gecko

Bah attends, il va pas interdire les 4x4, il en a un... Pas con le mec.
Et puis, je sais pas si t'es au courant, mais il veut aussi interdire les "perturbateurs endocriniens"... Mais il l'interdit pas dans ses produits uchuyaya qui lui rapportent de la thune... De ce que j'ai compris. Je me trompe peut-être, j'ai pas eu la force de chercher plus loin.

2. Le 17 juillet, 2017, 4h39 par Luxor

Un véhicule type twingo fait moins de 900kg, et pour aller bosser seul ou à deux dedans on pourrait se contenter de 2 à 4 fois moins de places : le permis B à 1500kg c'est encore hyper large !
Dans les années 80 des familles de 5 partaient en vacances en 4L.

J'ai eu la même réaction à l'annonce de la fin de la voiture thermique : sûrement pour nous refourger de l’électrique qui ne résoudra rien (car en plus de l'électricité pour rouler, il faudrait compter l'energie grise, les matières première et les déchets pour fabriquer toutes ces voitures et toutes leurs batteries)

Bref la solution de gré ou de force (puisqu'énergie et métaux manqueront si on crève pas de la pollution et du changements de climat avant), ça sera les transports doux, les transports en commun et la relocalisation de nos vies ... simplicité volontaire et sobriété choisie .. ou bien barbarie ?

3. Le 29 août, 2017, 10h23 par docfolamour

Salut le gauchiste. Content de voir que tu as survécu à l'élection de Macron!

C'est bien de rappeler que le transport ne fait que 14% des émissions de CO2. Cependant, il y a 2 enjeux dans ces mesures: le réchauffement climatique et la santé (les 48 000 morts par an dus à la pollution). Je serais très favorable à une ville sans bagnole ou presque; d'autres villes en Europe le font. Cependant, on peut aussi imaginer faire rouler de toutes petites voitures (comme la Twizzy de Renault, plus petite qu'une Smart, mais offrant 2 places quand-même). Dans ce cas, la consommation d'électricité, nucléaire ou non, serait bien moindre qu'avec ces voitures de plus en plus grosses qui envahissent nos rues. Ca plus des bus, plus des vélos, ça rendrait la ville respirable.

La question, au delà même de la volonté politique, nécessaire pour faire plier l'industrie, c'est: est-ce que les français seraient prêts à abandonner leur grosse bagnole polluante pour des transports plus doux?

4. Le 30 août, 2017, 3h31 par le gauchiste

@Luxor :
Je propose 1500kg en charge au lieu de 3 Tonnes. C'est déjà une étape. Mais il faut voir qu'une Twingo de 900Kg avec 5 occupants de 80Kg chacun pèse déjà 1300Kg... ajoute quelques sacs et on est bons.

@docfolamour :
Le problème est que la voiture sert aussi bien en ville que pour les longs trajets. Si on suppose ton scénario, cela voudrait dire que les gens auront donc 2 voitures : une thermique pour les longs trajets, la petite électrique pour la ville. On améliorera alors la qualité de l'air en ville, mais avec une production doublée de voitures. On perdra alors largement en énergie grise ce qu'on espérait gagner en combustion de moteurs, avec une vie toujours plus remplie de voitures... et une faillite sur l'espoir de changer nos habitudes : la voiture électrique permettra de continuer à se garer en travers, devant la boulangerie ou le bureau de tabac, « juste pour 5 minutes »...

Après, on pourrait se mettre à rêver que la voiture thermique disparaîtrait au profit du train, justifiant ton scénario, mais je ne connais aucun scénario prospectif qui ose aller dans ce sens, loin de là.

Je pense que les vélos électriques pourraient jouer ce rôle. Il faudrait que cela aille de pair avec un développement des transports en commun, pour les personnes âgées, affaiblies ou à mobilité réduite. Si les voitures étaient interdites, les transports en commun fonctionneraient nécessairement mieux.

5. Le 13 septembre, 2017, 12h57 par Luxor

Carfree aussi dénonce cette huloterie :

http://carfree.fr/index.php/2017/07...

6. Le 22 septembre, 2017, 6h56 par docfolamour

En effet, mon scénario, c'est une mini-voiture pour la ville et une grosse pour les trajets longs. Tout en précisant que je ne suis absolument pas favorable au changement stupide de bagnole tous les 10 ans pour faire marcher l'industrie. Les africains roulent encore dans des voitures des années 80, qu'ils arrivent à retaper. Nous pourrions faire durer très longtemps celles que nous avons maintenant, en changeant éventuellement de temps en temps les pièces qui provoquent le plus de pollution.

Je me place du point de vue de celui qui est amené à silloner une ville en long en large et en travers, plusieurs fois par jour, pour le boulot (aide à la personne), et transporter les enfants notamment. Très difficile, voir impossible, de faire tout ça en transport en commun ou à vélo. Une de mes collègues se déplace en transport en commun et travaille 6 heures par jour pour 4 heures de transport!

Je ne prends ici qu'un exemple personnel mais je suis persuadé qu'on pourrait les multiplier, ces exemples qui font que malheureusement, une voiture individuelle, la plus petite possible évidemment, est, dans certains cas, la seule solution. Et je dis ça tout en rageant car dès que je le peux (une fois sur deux ou une fois sur trois peut-être), j'enfourche mon vélo.

Pour changer cela, il faudrait réduire la taille des agglomérations (car avant nous vivions dans des villes, maintenant, ce sont des agglomérations), faire que peut-être, nos modes de vie soient moins trépidants (le partage du temps de travail y aiderait sans doute), etc. Donc, dans un sens, il faut changer la société pour changer la mobilité. Vaste chantier.

7. Le 23 septembre, 2017, 2h41 par le gauchiste

Je pense aussi que la voiture individuelle est la seule solution dans une ville prévue pour les voitures (plus ou moins ce que tu dis en conclusion) : éloignement des habitations, danger de la rue, organisation du temps... imaginer une ville différente demande pas mal d'efforts. Même les transports en commun seraient très différents.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet