Mon Dieu, un télétubbies !

Vous connaissez tous mon opinion au sujet du voile. Mon précédent billet ne parlait ni plus ni moins que du voile que des gens se mettent sur la tête, cachant les cheveux (que le motif soit religieux ou purement à cause de la pluie, finalement).

Mais le discours que l'on entend sur le voile est souvent confus. On commence en parlant de ce vêtement, et on tombe sur un détracteur qui termine sa phrase en parlant des voiles couvrants, de type burqa. Je vais maintenant parler des voiles qui cachent le visage en entier.

Mon point de vue, vous commencez à le comprendre, il est laïque. Cela ne veut pas dire que je suis pour ou contre un vêtement religieux, mais simplement que je reste à l'écart de la teneur religieuse de l'affaire. Mes yeux voient la lumière et les couleurs, mais ils ne voient pas Dieu. Un vêtement peut évoquer ou raconter Dieu, tant mieux, tant pis, ce n'est pas à moi d'en décider.

En revanche, que quelqu'un me refuse même la vue de son visage, c'est une autre affaire. N'en suis-je pas digne ? Ce phénomène est très rare. J'ai très rarement croisé une telle femme dans la rue, et je pense que légiférer dans de telles conditions est juste bon à agiter les problèmes.

Je n'ai pas à interroger les raisons religieuses qui en pousseraient certains à exiger des femmes qu'elle se cachent de la sorte. Rien dans le Coran ne demande à une femme de cacher son visage. Il semblerait que cacher la femme en entier soit ni plus ni moins que le fait de l'instinct de propriété des hommes : besoin de posséder et cacher une femme, la soustraire du regard des rivaux. Il s'agit de la « chosifier » à l'extrême. La femme qui souhaiterait se cacher de la sorte n'aurait rien à en tirer.

Les seules fois que j'ai vu des personnes se cachant le visage dans ce seul but (se cacher le visage), c'était des casseurs en manif, des personnes interviewées qui craignaient pour elles ou leur travail, ou les braqueurs d'un supermarché se faisant passer pour le GIGN (si, si, j'y étais !). Si quelqu'un souhaite me cacher son visage, je dois chercher une menace quelque part. En suis-je donc une ? La menace vient-elle de celui qui cache son visage ?

Je veux d'une société où on assume son visage. Parce que le visage, c'est la chose la plus plaisante à découvrir. C'est celle qui communique : avant même de parler, on communique avec son visage, en faisant la moue, en montrant de l'intérêt, en souriant. Même les bébés le font. Assumer son visage, c'est le degré zéro de l'existence en société.

On trouvera toute une myriade de femmes souhaitant cacher un peu plus de leur visage, les oreilles, le menton, les tempes... un peu comme ce gamin qui te regarde en faisant une bêtise, et qui se demande à partir de quel moment tu vas réagir. Où est la limite ?

Qu'une femme communique sur sa religion ne me pose pas de problème. Qu'elle conduise avec un voile me semble moins gênant que de le faire avec des lunettes de vue. Mais cacher son visage dans la rue, c'est refuser d'être dans la rue. Parce que la rue est le pot commun de tous les visages des gens qui la partagent.

La rue est une auberge espagnole où on met en partage son humeur, qu'elle soit triste ou qu'elle soit joyeuse, et où on accepte les règles de la rencontre. C'est aussi comme ça qu'on apprend le respect.

Commentaires

1. Le 24 juin, 2017, 2h00 par Annamarceecrit

C'est vraiment un beau billet, très juste. Merci !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet