Qu'est-ce que le Téflon® ?

On nous a vendu pendant pas mal de temps et aujourd'hui encore ce "progrès" qu'est le Téflon. Comme quoi rien n'adhère dessus et que c'est le moyen idéal de faire cuire des aliments sans graisse.

Tout d'abord, le mot « Téflon® » dénomme le PTFE (Polytétrafluoroéthylène). C'est un plastique dont la formule chimique ressemble à celle du PP (polypropylène), utilisé dans bon nombre d'emballages inoffensifs type sac plastique, au détail près que l'hydrogène y est remplacé par le fluor.

Je parle chinois ? Alors retenez que le Téflon® est une matière plastique. Vous imaginiez la poêle en métal, mais pas recouverte de plastique : comment cela peut-il aller sur le feu ? On se méfie déjà un peu plus...

L'une des principales propriétés de ce plastique est que rien ne réagit chimiquement ni n'adhère dessus (un peu comme les sacs plastiques : essayez d'en coller 2 ensemble pour voir). Même la Super Glu ne colle pas dessus. Quand la surface est parfaitement lisse, même l'huile glisse dessus. Mais voilà : c'est difficile de garder une surface aussi lisse car le Téflon® est un plastique plutôt tendre. Et les rayures des ustensiles ne pardonnent vraiment pas.

En fait, il adhère si peu que pour le faire tenir sur une poêle, on utilise un composé hautement cancérogène et dégradable (le PFOA).

Mais le point le plus critique est la température de dégradation de ces matières. Elles commencent à se dégrader à 230°C (on atteint facilement 250°C en cuisson). Si votre huile commence à s'évaporer, considérez votre poêle comme fichue.

Cerise sur le gâteau, la production puis la dégradation du PFOA est hautement polluant puisqu'il a un effet de serre très puissant et une vie 1000 fois plus longue que celle du CO2.

En résumé, le Téflon® est probablement pratique pour faire des omelettes à 70°C sans que ça n'attache. Mais s'il s'agit de cuisiner autre chose qu'un truc à l'eau (à 100°C donc), je vous conseille de la fuir. Entre les rayures et la cuisson, elle est trop fragile pour finir dans une cuisine.

Pourquoi ne pas revenir à la bonne vieille ferraille ?

Commentaires

1. Le 1 décembre, 2016, 3h37 par Gecko

Salut!
La ferraille c'est pas mal c'est sûr. Moi j'ai tendance à faire gratiner ma nourriture par le fond, alors je préfère pas.
Tu connais les poêles en pierre? J'en ai eu une dans mon trousseau. Au niveau de la qualité c'est mieux que le téflon, ça raye pas et ça rouille pas non plus.
Mais on ne sais pas grand chose à leur sujet! Je sais même pas en quoi c'est fait.

Bon, après, si c'est juste un problème de santé, et pas d'écologie, on peut peut être continuer avec le téflon non? On est plus à ça près... Et si on veut éviter d'avoir un cancer de nos jours, faut vraiment vivre dans une bulle.

2. Le 1 décembre, 2016, 4h16 par le gauchiste

Justement, coller du Téflon à ne poêle dégage un gaz à effet de serre très puissant. Pour la pierre... faudrait voir les avantages, je ne connais pas. Fragile ? énergivore à fabriquer ? à chauffer (car ce serait plutôt isolant) ? Faudrait voir quelle pierre.

En comparaison, on n'a jamais rien trouvé de nocif à l'acier au-delà de la consommation d'énergie nécessaire à sa fabrication (à la rigueur si c'est de l'inox... on assume une possible migration Ni/Cr sans en observer d'effets). Aussi, l'acier est facile à recycler et trier.

Et pour ce qui est du cancer, je préfère choisir d'où il vient ! Surtout que le bénéfice du Téflon à l'usage, bof, bof. Téfal assume lui-même que ses poêle durent 4 ans (ailleurs, sur le net, on conseille même plutôt 2 ans).

3. Le 4 décembre, 2016, 4h39 par le gauchiste

Après avoir rapidement regardé, les « poêles en pierre » sont juste un terme marketing pour leur nouveau revêtement céramique. Ce sont des poêles en aluminium (pareil que pour le Téflon) dont le revêtement, bien que plus résistant demande quand même de faire attention (pareil que pour le Téflon). D'ailleurs, les dernières générations de poêles en Téflon intégraient des particules minérales pour augmenter leur résistance. Certaines poêles en pierre contiennent d'ailleurs du Téflon pour tenir les particules de silice entre elles. Et la plupart des ces poêles comportent des nanoparticules. Cela expliquerait merveilleusement pourquoi rien n'adhère dessus, alors que la silice (quartz, sable, silex...) adhère comme tout le reste. Mais ces poêles restent fragiles (éviter les rayures, l'abrasion, chocs thermique...).

Vu le bénéfice apporté par ce nouveau truc qu'on ne connaît pas, et qu'il faut apparemment remplacer tous les 2 ans, moi, je reste sur la poêle en ferraille. Une fois culottée, elle n'adhère pratiquement pas. On peut se la transmettre sur 3 générations.

4. Le 19 décembre, 2016, 12h23 par Anneso

Qu'est ce que tu penses des poêles en céramique?

5. Le 19 décembre, 2016, 1h28 par le gauchiste

Lire mon commentaire précédent, justement :-) Ce qu'on appelle « poêles en céramique » ou « en pierre » ne sont que les revêtements.

6. Le 26 février, 2017, 12h03 par Gen_G

Bonjour,
Oui à la bonne vieille ferraille !
J'ai déjà largement regretté d'avoir mis les poêles de ma mère au rebut il y a une dizaine d'années, parce que je les trouvais un peu lourdes... (heureusement j'avais gardé les tôles à pâtisserie - tôle bleue - qui cuisent à merveille)
Aujourd'hui c'est les miennes, antiadhésives dont je me débarrasse définitivement pour en retrouver des vraies, en fer et non jetables !
Hier j'ai justement compulsé toute la littérature possible sur les matériaux à feu utilisés en cuisine... y'a pas photo : tout sauf PTFE et PFOA !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet