Changer de planète

Ça fait bien 3 mois que je dois faire le ménage. Mes amis disent que ça sent un peu fort en venant chez moi. C'est vrai que je n'aime pas moi-même sortir de la douche et sentir des restes de pizza me passer entre les orteils.

Non, mais parfois, je fais attention, je ne suis pas si crade que ça. Juste que là, depuis 3 mois, c'est pas terrible. En fait, il y a 3 mois, je pensais déjà que le ménage s'imposerait bientôt, mais ce n'était pas le bon moment. Je n'avais pas trop le temps. Et puis après tout, il n'y avait pas d'urgence, je suis le seul à habiter ici, c'est moi que ça gêne. C'est pas 3 nouilles collées sur la table qui me transformeront en horrible souillon. Elle est où la limite entre propre et pas propre ? Je me lave, donc je suis propre. Rien à voir avec les moisissures de la salle de bains.

Quand il y a trop de miettes sur la table, je les pousse pour manger où c'est propre. Et puis je fais bien la vaisselle avant de manger : c'est pareil ! Sauf le jour où j'avais plus d'eau chaude, l'œuf séché ne se lavait pas trop bien. Mais j'ai des assiettes en carton dans un coin pour les jours difficiles.

En fait, ces derniers mois, j'ai utilisé toutes mes assiettes en carton. D'où l'intérêt des pizzas : pas besoin d'assiette ni de couverts ! Mais là, j'avoue que ça commence à être infernal. Je ne peux même plus aller sur le canapé sans risquer une inattendue tâche de ketchup.

C'est pourquoi j'ai pris une grande décision : changer d'appartement ! Ce sera plus simple que de tout nettoyer.

Pareil pour la vie sur Terre : quand on aura tout saccagé sur place et qu'on ne supportera plus nos ordures, il n'y aura qu'à coloniser une autre planète... une autre ?

Sauf qu'il n'y a pas d'autre planète (1) !

__________________________

(1) Nous n'avons pas aujourd'hui le début de la première connaissance qui nous permette de voir où quand et comment on pourrait migrer sur une autre planète. Nous ne savons même pas dans quelles conditions nous y vivrions, mais dans le meilleur des cas, nous regretterions notre ancienne porcherie terrestre. Par contre, on sait très bien à quoi peut ressembler la fin du monde connu : quand, comment, où, dans quelles conditions... Quel que soit l'effort à fournir pour sauver notre Terre, il est mille fois plus facile que celui à fournir pour changer de planète, ce qui serait impossible à faire à temps.
 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet