Loi « travail » de Myriam El Khomri

Tout le monde est au courant de la loi « travail » que le gouvernement nous prépare.

Une pétition en ligne vient d'atteindre le million de signataires. Si vous ne l'avez pas encore signée, je vous invite à le faire.

Vous trouverez aussi la carte des manifestations prévues le mercredi 9 mars qui promet de bouger pas mal de monde. Venez-y, c'est plus puissant qu'un bulletin de vote.

 

Commentaires

1. Le 10 mars, 2016, 3h00 par John Arktor

Si j'étais cynique, je dirais qu'au contraire, plus on a de lois comme ça, mieux c'est. Car plus on a de lois comme ça, plus la misère du peuple va augmenter. Et plus la misère du peuple augmentera, plus la révolte grondera. Jusqu'au soulèvement...
Toi, tu fais partie des optimistes, qui pensent qu'on peut encore en sortir en évitant le pire. Moi je ne le crois pas. Pour moi, il faudra aller jusqu'au pire, pour générer le clash et la vraie Révolution.

2. Le 10 mars, 2016, 10h28 par le gauchiste

J'ai malheureusement bien peur que la révolte dont tu parles n'ait pas une allure de fête foraine. J'aurai sans doute l'occasion d'y revenir.

3. Le 13 mars, 2016, 12h27 par Doc Folamour

En réponse au commentaire d'Arktor: A mon sens, il n'est pas très malin de souhaiter la révolution. Tout d'abord d'un simple point de vue stratégique. Le clash offrirait aux gouvernants la possibilité de renforcer encore la répression et ça ne ferait que plus de malheurs pour tout le monde. Ensuite par principe et par cohérence. On ne peut pas reprocher au système sa violence et lui opposer une autre forme de violence, celle de la rue. La bêtise du peuple n'est parfois pas plus belle à voir que le cynisme des dirigeants. De toute façon, cette violence discréditerait la cause défendue auprès d'une grande partie de la population alors qu'au contraire, il conviendrait de faire progresser certaines idées dans la société. Enfin, toute organisation de la société qui serait issue d'une révolution violente ne pourrait être à son tour que violente (voir la longue et catastrophique histoire des révolutions communistes).

Après, pour ce qui est des solutions, je suis favorable à des mobilisations ponctuelles et massives, sur des sujets précis. Par exemple, les mobilisations contre l'exploitation du gaz de schiste ont abouti au vote d'une loi (sous Sarkozy) qui n'est pas parfaite mais qui a empêché - pour l'instant - la mise en place de cette industrie polluante en France. La mobilisation contre la loi Travail est bien partie pour faire reculer le gouvernement. Si l'on se mobilise à temps et en nombre sur certains sujet, et notamment avec l'aide d'internet, pas besoin de clash. Et c'est aussi l'occasion de repolitiser peu à peu les gens et de les rendre plus réceptifs à ce qui arrive.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet