La croissance, c'est quoi ?

La croissance est définie par l'augmentation du PIB d'une année sur l'autre. Le PIB, c'est les échanges commerciaux, tout ce qui est une activité professionnelle déclarée (bien que l'argent de la drogue & proxénétisme commence à rentrer dedans). Pour avoir de la croissance, il faut donc nécessairement vendre, fabriquer, produire toujours plus. Mais il faut aussi consommer toujours davantage.

Cela aurait un certain sens logique si on considère l'augmentation de la population (0,7% par an en France) avec des besoins stables. Mais la machine s'affole tellement que même avec une croissance bien supérieure à ça, l'économie se retrouve dans une impasse.

L'autre évidence, c'est qu'on ne sait plus quoi consommer, on en vient à consommer n'importe quoi pourvu que ce soit un peu nouveau. Naturellement la pollution n'entre pas dans l'équation de la croissance. L'observation simple que des ressources sont déjà en grand danger devrait nous alerter : pétrole, sable de construction, air propre, poissons, eau potable, terres agricoles, forêts, biodiversité...

Il n'existe pas de modèle de croissance « propre », à ma connaissance. Car toute activité, quelle qu'elle soit, demande au minimum de l'énergie (téléphone, transports, infrastructures...). On parle beaucoup de « croissance verte », c'est peut-être mieux si c'est moins sale, certes, mais ça reste une croissance avec ses effets pervers.

La mondialisation du secteur économique a amené le problème que les ressources utilisées ne suffisent pas à tout le monde et que la pollution générée par les uns se propage chez les autres quoi qu'il arrive : radioactivité, CO2, pollens OGM... et maintenant : mouvements migratoires, sécheresses, guerres, inondations...

La croissance exclut donc de fait un paramètre essentiel : les limites de notre système. On ne peut pas pousser les murs pour agrandir la maison !

Prendriez-vous votre voiture si le pot d'échappement était relié à l'habitacle ? Au minimum, pour être logique par rapport à la planète qui ne grossit pas, il faudrait une croissance nulle de l'économie. C'est bêtement logique.

On nous sert cette croissance dans les grands médias de masse, mais sans jamais remettre en question ce principe. Un bon gauchiste se doit au minimum de le faire !

Commentaires

1. Le 7 mars, 2016, 9h24 par Jul

Hé oui : on ne peut pas croitre infiniment dans un monde fini. Même un enfant de trois ans le comprend et pourtant nos sociétés s'accrochent coute que coute à ces indicateurs débiles.
Personnellement j'aime bien l'idée du Bonheur National Brut au Bhoutan...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet