Chômage

La vie d'un chômeur n'est pas toujours de tout repos. Ici, vous apprendrez tout de la vie d'un chômeur. Son quotidien, l'administration, voire parfois le harcèlement administratif dont ils sont victimes pour avoir le droit de toucher pas grand chose.

 

Fil des billets - Fil des commentaires

16 mars, 2016

Qualification : chômeur

Depuis que je suis né, j'ai vu la population mondiale doubler. Sur la même période, le chômage a quintuplé en France. Cela a amené un certain nombre de changements, notamment au niveau de Pôle emploi.

En 1965, l'ANPE est créée avec 2 missions :

  • Mettre en relation les employeurs et les demandeurs d'emploi en centralisant les offres,
  • Aider les chercheurs d'emploi dans leurs démarches.

Devenue « Pôle emploi » en 2008, cette administration gère aujourd'hui 6 millions d'inscrits, toutes catégories et géographie comprises.

Il est évident que Pôle emploi n'est pas responsable du chômage galopant, dont les causes sont purement structurelles (c'est la crise quoi). D'ailleurs, il n'a jamais été la fonction de Pôle emploi de faire baisser ce chômage. Ouf ! Par contre, l'État qui leur donne les sous leur demande de nous taper sur la tête pour qu'on cherche davantage, desfois qu'on trouve un poste super bien caché que personne d'autre n'aurait trouvé.

Ce qui est énervant, c'est qu'on voit bien l'énergie que met cette institution à nous former à être de meilleurs chômeurs. Mais cela ne change rien au problème. Ça signifie seulement que le niveau de « chercheur d'emploi » s'améliore. Cela veut donc dire que ceux qui ne trouvent pas sont meilleurs qu'avant aussi... mais quel est l'intérêt ? Cela ne nous rend même pas meilleurs à notre poste ! C'est juste pour nous occuper ?

Si le recruteur a en face de lui 3 personnes, elles auront beau être super formées à l'embauche, il n'y en aura toujours qu'un seul qui sera pris. Alors à quoi bon ?

Mais si le rôle de Pôle emploi n'est pas de créer des emplois, le constat est clair : Pôle emploi a failli dans ses 2 missions. Nous verrons demain pourquoi.

11 mars, 2016

Chômeur, ce métier...

Aujourd'hui, être chômeur, c'est être un professionnel averti en technique de recherche d'emploi. C'est une double compétence, la première concernant le métier recherché... Il ne s'agit plus d'avoir une référence d'un type qui vous connaît, comme dans les années 60. Non : il faut pratiquer le métier de chercheur d'emploi. Et Pôle emploi passera beaucoup d'énergie à vous former à ce métier.

D'abord le CV. Évidemment ! On n'en parle même plus. Ils ne vont pas jusqu'à vous conseiller de le « pipeauter », mais si vous avouez le faire, ils feront semblant de ne pas entendre. Car aujourd'hui, tout le monde fait ça. Ce qui disqualifie au passage les plus honnêtes. Les DRH sont même souvent rompus à l'identification de ces CV. Ils les acceptent s'ils sont à peu près crédibles. C'est devenu une convention.

Ensuite la technique du courrier. Depuis qu'on a abandonné le courrier papier, les e-mails sont devenus un art. En faire ni trop, ni trop peu, histoire d'attirer, intéresser sans trop en donner, laisser le lecteur curieux. Éviter les fautes, au cas où le lecteur serait capable de les voir, bien choisir le format des pièces jointes pour ne pas être filtré, et surtout : utiliser les bons mots-clé pour ne pas être éjecté par un robot avant même d'être lu ! Cette mise en forme doit être adaptée à chaque recruteur, naturellement. Et il ne faut attendre aucune réponse car le recruteur est submergé.

Parfois, il nous faut connaître des techniques pour trouver le bon interlocuteur, et ainsi éliminer des barrières entre lui et vous. Notamment, on apprend le téléphone. Ah ! Quelle joie que le téléphone. À vous, on apprend qu'il faut téléphoner pour montrer votre intérêt pour un poste, et le recruteur apprend à son staff à filtrer les appels, parce que les chômeurs, ça va bien 2 minutes. On vous apprend à bien vous présenter, à faire l'idiot pour avoir un destinataire à mettre sur un courrier, les plus futés trouveront l'adresse e-mail de l'interlocuteur généralement formé à partir de son nom et son prénom.

Et le Graal : la maîtrise des TIC : les Technologies de l'Information et de la Communication (avant, on ajoutait même « NTIC » pour « Nouvelles »). Il s'agit de gérer son image sur la webcam pour des conférences en ligne, ne pas montrer ses fesses sur Facebook, ne pas dire trop de bêtises sur les forums où son vrai nom apparaîtrait et accessoirement, savoir faire des recherches pertinentes sur Internet, développer les réseaux sociaux et être connu de toutes les bases de données existantes.

Ajoutez pour les plus chanceux, l'art de ne pas passer pour un crétin lors de l'entretien – nécessairement stressant – avec un inconnu : celui qui pourra changer votre vie. Quelle est la connerie à ne pas dire, le trait d'humour à risquer pour sembler sympa, être souriant mais pas trop, garder le fil de la conversation et surtout éviter d'en dire trop, car si on est embauché sur ce qu'on dit, on l'est parfois aussi sur ce qu'on ne dit pas. Il est plus simple de rater un entretien en ayant trop parlé que de le réussir en en disant peu.

Il faut dire que la concurrence est rude, car on est parfois 2000 sur l'annonce. Certains filtrés par Pôle Emploi, par notre courrier, par le CV, par le coup de fil, par les diplômes, par les km, par le repassage raté de la chemise qui en a raconté un peu trop sur vous, ou tout simplement par le café froid qu'a bu votre interlocuteur avant votre arrivée.

Personnellement, j'ai choisi de ne plus mettre ma date de naissance sur le CV. Manquerait plus que l'astrologie s'en mêle !

page 2 de 2 -